Inauguration du collège Camille Lepage, la photo-reporter tuée dans une embuscade en Centrafrique en 2014

Publié le

Un collège de Loire-Atlantique, celui de Loireauxence, porte officiellement le nom de Camille Lepage, cette photojournaliste angevine, assassinée à l’âge de 26 ans en République Centrafricaine en 2014. Un moment d'émotion pour sa mère, présente pour l'inauguration. Emotion également pour les 400 collégiens de l'établissement.

Le collège de Loireauxence a été ouvert à la rentrée 2021. Il a été officiellement baptisé ce mercredi 9 novembre du nom de Camille Lepage, la jeune photojournaliste de 26 ans tuée dans une embuscade en mai 2014.

Camille Lepage, un parcours et une histoire désormais associés à ce collège rural de 400 élèves. Pourtant en septembre 2021, lorsque cet établissement public a ouvert, peu de jeunes ici connaissaient le nom de la photoreporter angevine tuée il y a 8 ans en Centrafrique.

"Elle est quand même morte très jeune mais elle a quand même eu le courage d'aller là-bas, reconnait Lou-Ann, collégienne de 3e, elle savait que ça allait être compliqué quand elle est partie. Elle a pris son courage (à deux mains) et elle a réussi" .

Des valeurs de solidarité et de liberté

Le Département de Loire-Atlantique souhaitait que le nouveau collège honore le nom d'une femme à la trajectoire exemplaire. Celui de Camille Lepage a été choisi parmi 6 personnalités, à la suite d'un travail pédagogique mené en classe.

"Ils auraient pu choisir Joséphine Baker qui est quand même une femme connue, explique Nathalie Facorat, la principale de l'établissement, donc ça veut dire qu'ils sont sensibles à ces valeurs de solidarité et de liberté ce qui est quand même très encourageant"

"J'ai eu beaucoup de fois à expliquer qui était Camille Lepage quand on me demandait dans quel collège j'étais, raconte Titouan, collégien de 3e, c'est une personne qui est très forte et c'est un honneur de pouvoir la présenter à mes proches".

Camille Lepage couvrait la guerre civile en Centrafrique lorsqu'elle a été assassinée dans une embuscade. Sa mère Maryvonne s'est donnée pour mission de perpétuer le travail de la journaliste à travers des livres et des expositions.

"Ce n'est pas parce que Camille n'est plus là qu'il faut lui mettre aussi une auréole, explique Maryvonne Lepage, ce n'est pas une sainte, Camille n'est une jeune femme photojournaliste qui a fait son job avec tout son coeur, avec tout son engagement, c'est ça qu'il faut retenir aussi".

Fin novembre, c'est l'amphithéâtre d'un lycée privé angevin qui à son tour portera le nom de la jeune femme. Par ses photos et son engagement, Camille Lepage s'inscrit durablement dans les mémoires.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité