INSOLITE. Dans les coulisses du Musée Dobrée à Nantes avant sa réouverture au public samedi 18 mai 2024

Le musée Dobrée de Nantes rouvre ses portes ce samedi 18 mai après plus de dix ans de fermeture. Depuis deux mois, l'heure était aux dernières installations des quelque 2 400 pièces de collections que recèle le lieu.

Niché au cœur du centre-ville de Nantes, quartier Graslin, entre le cours Cambronne et le muséum d'histoire naturelle, impossible de manquer la bâtisse couleur brique de cet imposant palais.

500 000 ans d'histoire

Le musée départemental Thomas Dobrée, plus communément appelé musée Dobrée, est une pépite architecturale dite "néo-médiévale" de la fin du 19ᵉ siècle, construit par l'armateur Thomas Dobrée pour y résider et y exposer ses collections. Une demeure qu'il léguera à sa mort au département d'alors, la Loire-Inférieure devenue Loire-Atlantique.

L'édifice abrite aujourd'hui plus de 2 400 pièces de collection qui retracent 500 000 ans d'histoire. De la préhistoire au XXᵉ siècle.

Parmi les pièces exposées, certaines sont très volumineuses, d'autres plus fragiles.

La réorganisation et scénographie dépoussiérée du musée version 2024 se dévoilera ce samedi 18 mai.

En mars dernier, notre équipe a pu se faufiler et assister à quelques-uns des derniers détails d'installation. 

Des statues de 200 kilos

Dans la principale salle dédiée au Moyen Âge, l'heure est à la remise en place de deux statues de 200 kilos chacune.

Elles sont enfin dévoilées à nouveau au grand jour. Mais leur installation nécessite une grande concentration des conservateurs, alliée à une grande précision des manutentionnaires, comme le précise Lahoucine Lahchaik, chef d'équipe manutention.

"C'était la pièce la plus compliquée. Elle demandait pas mal de manutention, pas mal de moyens de levage. Mais on est arrivé à la fin, on est contents, on a réussi", explique-t-il avec un large sourire, l'air heureux et soulagé.

Les murs de certaines salles ont été peints dans des couleurs actuelles (bleu Klein, jaune moutarde, vert sauge...) qui tranchent avec l'ancienneté de certaines œuvres. Tout en créant une harmonie.

Certaines œuvres se détachent même pour mieux happer le regard du visiteur.

Les derniers détails se règlent sous le regard satisfait de la directrice du musée.

"Ici toutes les œuvres exposées ont été retrouvées à Nantes. Les grandes sculptures sont celles de l'ancien porche de la cathédrale de Nantes. On est vraiment en plein Moyen Âge avec des éléments sculptés qui viennent aussi de maisons civiles de Nantes."

"Les grandes sablières (NDLR poutres qui relient des têtes des poteaux entre elles) exposées partout dans la salle sont toutes sculptées avec des figures plutôt amusantes, si vous les regardez en détail", décrit Julie Pellegrin directrice du musée Dobrée.

Restauration des œuvres

Statues, sculptures, peintures... La plupart des œuvres de la collection Dobrée qui le nécessitaient ont été restaurées par des professionnels. Exit les couleurs ternies par le temps et les années passées dans la réserve. Retour aux couleurs presque d'origine.

C'est le cas de la statue religieuse en bois polychrome "Sainte-Anne, la vierge et l'enfant" qui date du 15e ou 16e siècle.

Elle avait été mise en sommeil pendant des années dans les réserves après la fermeture de Dobrée. Après restauration, elle retrouve enfin la lumière dans un nouvel écrin.

Les restauratrices d'œuvres d'art qui sont intervenues sur cette sculpture en bois ont travaillé pour rendre de manière très fine sa lisibilité à l'œuvre, tout comme la lisibilité des différents visages.

"Les couleurs et les dorures de cette sculpture ont été ravivées afin que l'œil ne soit pas choqué par différents éclats, en fonction de la lumière, explique Virginie Dupuy, la cheffe du service conservation du musée Dobrée.

On restaure les œuvres tout en respectant l'objet

Virginie Dupuy

Cheffe du service conservation du musée Dobrée

Pour la cheffe du service conservation, l'émotion est intense. Avec l'impression de redécouvrir chacune de ces œuvres de notre patrimoine. Comme un long et beau voyage dans le temps."Se dire qu'elles reviennent habiter leur lieu, c'est effectivement très émouvant".

Ce grand retour des collections va prendre plus de deux mois.

Des sous-sols au grenier, tous les étages de la maison Dobrée sont réquisitionnés pour exposer les 2 400 œuvres retenues.

Le parcours est à découvrir ou à redécouvrir à partir du 18 mai, comme le souligne Dominique Poirout, la vice-présidente culture du Département de Loire-Atlantique. 

"Si beaucoup de personnes connaissaient Dobrée, beaucoup ne le connaissaient pas. Il y a eu de nombreux nouveaux arrivants. Dans l'époque dans laquelle on vit, il y a une espèce de quête de sens. Et retrouver ces objets qui vont de la préhistoire jusqu'au XXᵉ siècle, qui racontent quelque chose, je pense que ça intéresse, ça excite notre curiosité. C'est vraiment, je dirais, le fil rouge de ce musée."

Chaque visiteur, érudit ou néophyte, pourra se faire son propre parcours, son propre voyage avec pour unique bagage sa curiosité.

Dominique Poirout

Vice-présidente culture du département de Loire-Atlantique

La hâte gagne tous les acteurs qui gravitent autour de ce projet de réouverture. Autant que les visiteurs. Vous avez attendu 12 ans, patience, il ne vous reste plus que quelques heures à attendre.

Et pour vous faire patienter, Julie Pellegrin, directrice du musée, nous raconte l'histoire du cœur d'Anne de Bretagne qui retrouve son écrin au Musée Dobrée.

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité