Journée mondiale de l'eau : à Nantes, il a inventé une fontaine qui recycle l'eau usagée

Il a présenté son invention aux Nantais à l'occasion de la journée mondiale de l'eau. / © Safe Water Cube
Il a présenté son invention aux Nantais à l'occasion de la journée mondiale de l'eau. / © Safe Water Cube

Un Nantais a inventé une fontaine qui recycle l'eau impropre et la transforme en eau potable. Il présente le "safe water cube" à Nantes à l'occasion de la journée mondiale de l'eau, le 22 mars.

Par Cécilia Sanchez

Son invention pourrait transformer la vie des populations les plus isolées, en leur donnant un accès à l'eau potable. L'ingénieur nantais Paul Augereau, 49 ans, a inventé cette fontaine à eau qui transforme l'eau impropre en eau potable. 

►Notre reportage (en octobre 2016)

2 millions de personnes sans accès à l'eau potable

Quand Haïti a été frappé par l'ouragan Matthew le 23 octobre 2016, il avait, avec son association "Agir ensemble", acheminé en urgence 15 fontaines à eau qui avaient pu alimenter 10 000 personnes. Ces cubes magiques, d'une valeur de 70 000 euros, avaient été financés par Nantes Métropole.

Ce bien précieux auquel 2 millions de personnes n'ont pas accès, est célébré le 22 mars, pour la journée de l'eau. Il a présenté son invention place du Commerce avec "Agir ensemble". Les Nantais ont pu découvrir cette fontaine à eau, qui fonctionne sans électricité ni produits chimiques et fabrique de l'eau potable grâce à une pompe manuelle.

Elles sont fabriquées à Nantes et une quarantaine de machines a été distribuée dans le monde entier. Bénin, Inde, Sri-Lanka, Cameroun ou encore Haïti... Et l'association de Jean-Paul Augereau ne compte pas s'arrêter là. Elle recherche des particuliers, institutions et fondations pour financer les machines, qui reviennent à 5 500 euros l'unité.
Video fontaine à eau Safe Water Cube

Après avoir frôlé la mort et bénéficié d'une greffe qui lui a sauvé la vie, il est déterminé à aider les autres. "Ça m’a complètement bouleversé. J’ai pris conscience de beaucoup de choses, notamment que je devais ma vie à quelqu’un d’autre. Il m’est alors apparu comme naturel de redonner quelque chose à mon tour."

Sur le même sujet

Les + Lus