Nantes : un élan de solidarité pour un EHPAD tenu par les Petites Sœurs des Pauvres

A Nantes, l'EHPAD tenu par les Petites Sœurs des Pauvres manquait de nourriture après le confinement, qui avait empêché les collectes de dons. Des citoyens et des restaurateurs se sont mobilisés, offrant aux résidents de quoi fêter Noël dans de bonnes conditions.

L'EHPAD tenu par les Petites Sœurs des Pauvres manquait de dons pour les repas de ses résidents.
L'EHPAD tenu par les Petites Sœurs des Pauvres manquait de dons pour les repas de ses résidents. © France Télévisions

L'EHPAD  "Ma Maison", à Nantes, est tenu depuis 1854 par la congrégation des Petites Sœurs des Pauvres. Il vit principalement des dons que les sœurs vont collecter à la sortie des commerces et des églises. Mais avec le confinement, elles n'ont pas pu remplir cette mission vitale pour leur établissement. La situation menaçait d'être tendue pour les résidents.

"J'avais lu un article qui disait que la congrégation nantaise des Petites Sœurs des Pauvres avait besoin de dons alimentaires pour améliorer le quotiden de leurs résidents, explique Marie-Caroline Freymut, organisatrice de la collecte. Je me suis dit qu'il fallait absolument les aider et faire quelque chose . Dans un premier temps j'ai fait appel à mes amis et à ma famille. En même temps, j'ai été rejointe par une amie qui m'a proposé que des restaurateurs nantais deviennent des points de collecte pour que l'on y dépose des dons."

Marie-Caroline Freymut organisatrice de la collecte
Marie-Caroline Freymut organisatrice de la collecte © France Télévisions

Une vingtaine de restaurants de Solidarité Restos Nantais ont participé à cette collecte qui a duré trois semaines. De quoi remplir une quinzaine de caddies a été collecté.

Parmi tous ces donateurs, une cinquantaine de clients du restaurant Le Franklin qui ont joué le jeu de cette élan de solidarité. Nouf, le patron, a lui-même offert des madeleines. 

"Je voulais participer, témoigne Nouf. Beaucoup de clients qui viennent le midi ou le soir chercher à manger ont, en même temps, déposé de la nourriture. Notre métier c'est de servir, de donner du plaisir. Ça rejoint un peu ce qu'on fait toute l'année."

Une cinquantaine de clients de ce restaurant nantais ont déposé des dons.
Une cinquantaine de clients de ce restaurant nantais ont déposé des dons. © France Télévisions

Grâce à cette opération l'EHPAD a pu récolter de quoi améliorer son quotidien pendant plusieurs mois.

"Nous vivons de dons et de collectes, confirme Sœur Marie-Joseph, directrice de l'EHPAD. Comme on ne pouvait pas sortir pour aller chercher des dons par nous-mêmes, on a demandé aux gens s'ils pouvaient nous aider. On avait besoin de soupes, de pâtes, de riz, de biscuits, tout ce qui peut se trouver dans une famillle pour manger. Nous, on soigne les personnes âgées mais ce sont les Nantais qui les nourrissent. Nous sommes émerveillés par la solidarité des Nantais." 

Ce vendredi , les livreurs se sont déguisés en Père Noël.
Ce vendredi , les livreurs se sont déguisés en Père Noël. © France Télévisions

Une société de chauffeurs privée s'est aussi jointe à l'opération.

"L'année dernière, à cette période, nous étions débordés, se souvient Samuel Rieux fondateur d'une entreprise spécialisée dans le tourisme d'affaire et cette année, en tant que membre du groupe Solidarité Restos Nantais, j'ai vu qu'il fallait collecter des dons. On était prêt à donner de notre temps et notre carburant. On est allé recolter dans les restaurants, boulangeries et autres commerces partenaires de l'opération. A chaque fois qu'ils avaient besoin d'emporter des biens nous passions les récupérer avec nos véhicules. Ça permet de garder psychologiquement le contact, de rencontrer des gens, de réinventer le métier en attendant que des jours meilleurs arrivent."

Les livreurs se sont même déguisés en Père Noël pour déposer les dons à l'EHPAD.

La collecte chez les restaurateurs s'est achevée, mais les dons peuvent être livrés à la Maison de retraite "Ma Maison" 12 Rue Russeil 44000 Nantes.


voir le reportage

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société confinement covid-19