Nantes : la reprise économique s'accélère pour les entreprises ligériennes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Cathy Dogon

Plusieurs leviers prouvent une embellie économique dans la capitale des Pays de la Loire. C'est les résultats d'une étude réalisée sur les derniers mois de 2017 dans la métropole par l'Auran.

L’emploi salarié privé a progressé

11 040 postes salariés ont été créés dans le secteur privé de la métropole. Et ça fait du bien ! Le nombre de salariés a augmenté de  + 4,2% en un an à Nantes et ses alentours, contre une augmentation +1,6 % pour l'ensemble de la France. L'intérim de son côté a connu une hausse de + 12,6%.

Seul le secteur de l'eau, de l'énergie et des déchets connaît un recul dans la métropole nantaise. Les autres professions se portent bien : le domaine des transports et de la logistique est stable. Parmi les métiers qui recrutent le plus, ceux de la construction, des services administratifs et des "activités spécialisées, scientifiques et techniques".

Signe que la reprise est en marche, le secteur culturel aussi embauche de plus en plus : 6,3% par rapport à la même période l'année dernière. 

Sur l'année, le nombre d'entreprises en défaillance diminue, 75 de moins que sur l'année 2016. La création d'entreprises accélère, +10% sur l'année, et les radiations, elles, reculent, -12%.

Un manque de main d’œuvre locale dans l’industrie, l’informatique et les services à la personne


Quelques ajustements restent néanmoins à faire pour optimiser l'emploi, notamment sur la formation. "15 285 offres d’emplois publiées par des entreprises en mal de main d’œuvre ont été collectées par Pôle emploi au 4ème trimestre 2017, soit 1 802 offres de plus qu’en 2016 à la même période." peut-on lire dans l'étude de l'Auran.

"Les tensions sont particulièrement fortes sur les métiers d’ingénierie dans l’informatique et sur les métiers des services à la personne et de la propreté (entretien de locaux, aide à domicile et ménagère) qui combinent un fort volume de recrutement et une perception pessimiste des recruteurs sur leur capacité à les réussir."


Les raisons invoquées sont la pénibilité, les horaires décalés et fragmentés, la faible rémunération pour les services à la personne ; des métiers peu attractifs auprès des jeunes pour la main d'oeuvre. Pour ce qui est de l'informatique, certains profils manquent cruellement.

"Sur le front du chômage, le territoire renoue avec sa situation d’avant la crise de 2008"


Le dernier trimestre de 2017 enregistre 34 181 demandeurs d’emplois en fin de mois, c'est 0,6% de moins que l'année précédente à Nantes. La moyenne nationale se situe à -0,2%

"Le taux de chômage tombe sous le seuil des 7 % (6,8%) au dernier trimestre 2017 (8,6% en France), approchant un peu plus une situation apparente de plein emploi."


"Et pourtant, le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi ne cesse d’augmenter, tout particulièrement pour les personnes en recherche ayant une activité réduite longue, ce qui interroge les parcours des actifs et la qualité des emplois (précarité, pluriactivité...) dans certains secteurs."




La demande d’emploi de catégorie A et celle de longue durée progressent à nouveau ce trimestre.