Nantes : des rives de la Loire à celle de l'Oyapock, l'étonnant voyage musical des nantais de No Tongues

Le groupe nantais No Tongues vient de produire son second album : "les Voies de l'Oyapock", un flux musical original puissant qui vient de la frontière franco-brésilienne jusqu'à nous, mélangeant, voix, sons de la vie humaine et de la nature, avec des instruments classiques
No Tongues, pas de langues ! Ou plutôt toutes les langues ! Celles que parle la musique du monde à qui sait l'écouter. Les 4 + 1 de No Tongues sont partis en août 2018 vers les rives du fleuve Oyapock. La frontière naturelle qui sépare le Brésil de la Guyanne française. 4 + 1, pour 4 musiciens et un ingénieur du son. Car ces 4 + 1 là, travaillent par 5. Toujours.
Manifestant un intérêt particulier pour la voix, sous toutes ses formes.

Les créations de No Tongues sont le fruit d'un long travail collectif. Ronan Courty décrit ce travail de création : "il y a eu le temps de la "collecte", nous sommes partis durant un mois, enregistrer les sons de la jungle amérindienne, les voix humaines, les sons de la vie quotidienne, ceux du fleuve, de la nature. Sur le fleuve et sur ces rives. Du côté de Camopi et de Trois-Sauts".
Puis, revenus à Nantes, il y a eu le temps de la "copie". "C'est le temps du travail avec les sons des instruments pour les re-travailler, les harmoniser, avec les timbres de voix, les chants des oiseaux".

Vient enfin le temps de la création : "c'est le temps de la dérive, de la mise en fréquence de la musique". Celle que nous pourrons entendre sur CD ou en concert.
Le résultat ? Une vibration sonore puissante, une pulsation vitale, qui coule par nos oreilles jusque dans nos veines, comme un flot impérieux et bienfaisant.
 
No Tongues - Suite Tule - Les Voies de l'Oyapock


On trouve parmi les 4 musiciens, un trompetiste, un saxophoniste clarinette basse, et deux contre-bassistes.
Dont l'étonnante contre-basse préparée, de Ronan Courty, professeur de Jazz au Conservatoire de Nantes. Il bourlingue, tantôt caresse et tantôt rudoie, cette grosse "bonne femme", peu habituée aux préparations à la John Cage ! Pour l'amener sur des voies nouvelles. Et réjouissantes !

No Tongues, pas de langues, est retourné en décembre dernier en Guyanne, et sur les bords de l'Oyapock en particulier. Donner en retour à entendre ce que le groupe avait recueilli là-bas. Pour mettre en musique et ainsi faire passer les sons de la jungle amérindienne, au registre de la musique contemporaine.

Les Voies de l'Oyapock se transforment comme le flux et le reflux des marées. Transportant les sons et les talents. L'aller-retour se poursuivant de part et d'autre des rives de l'Atlantique. Là bas, 6 artistes amérindiens se sont ajoutés au 4 + 1 ! Dans quelques semaines on pourra les voir se produire en France. À Valence, Lyon et Grenoble en avril prochain. Pour commencer.

Les nantais ont de la chance, ils pourront voyager sur les flots de l'Oyapock jeudi 27 février à 20h30 au Salon de Musique du Lieu Unique. No Tongues y invite ses amis pour le lancement du nouveau CD. Et le voyage sera généreusement offert au public !
 
No Tongues : Pirogue - Les Voies de l'Oyapock - No Tongues
No Tongue
Lauréat du prix Jazz Migration 2019, No Tongue réuni :
  • Ronan Prual - contrebasse
  • Ronan Courty - contrebasse préparée, objets
  • Alan Regardin - trompette, objets, cornet
  • Matthieu Prual - saxophones, clarinette basse
  • Mathieu Fisson - ingénieur du son

1er CD : Les Voies du Monde (2018)
2nd CD : Les Voies de l'Oyapock (29 février 2019)

distribué par : Ormo Records, produit par : Les productions du Mouflon


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture monde international