Nantes : des violences conjugales en série dimanche

Les policiers nantais sont intervenus dimanche après-midi pour trois cas de "violences volontaires sur épouse".

© France Télévisions Olivier Quentin
Les policiers nantais sont intervenus une première fois dimanche à 14h30, rue des Hauts Fonds, du côté de Chantenay à Nantes, au domicile d'un couple pour violences volontaires aggravées.

La femme présentait une plaie sur la joue mais aussi des traces de strangulation.

Son mari, âgé de 35 ans, était interpellé. Son épouse restait floue sur l'origine de ces blessures et ne souhaitait pas porter plainte.  La fille du couple était entendue par la police et déclarait qua sa mère s'était elle-même infligée ces blessures, qu'elle avait insulté son père et que ce dernier n'avait pas violenté son épouse. Entendu, le l'homme a déclaré qu'il voulait divorcer mais pas sa femme et qu'il ne l'avait pas touché. Placé en garde à vue, il a été libéré, l'affaire classée sans suite.

Toujours dimanche, à 15h45, les policiers nantais sont intervenus boulevard de la Fraternité, vers Zola, au domicile d’un couple, là aussi pour des violences volontaires aggravées.

La victime présentait des traces de griffures et des rougeurs au niveau du cou. Son mari, âgé de 36 ans, était interpellé.

Il a été placé en garde à vue, il sera convoqué devant la justice le 23 juin prochain pour une composition pénale.

Enfin à 18 heures, dimanche également, les policiers ont du se rendre boulevard Paul Chabas, vers le parc de Procé. 

Ils ont interpellé un homme de 36 ans dont la femme s'était rendue au commissariat central afin de déposer plainte pour violences. "Entendu, le mis en cause ne reconnaissait pas les faits et mentionnait son intention de se séparer de son épouse d'où le différent", précisent les policiers nantais. L'affaire a été classée sans suite.

Pour rappel, le gouvernement a mis en place un numéro d'appel d'urgence pour les femmes victimes de violence. Le 3919 est un numéro de téléphone gratuit. 

Citad'elles, un lieu d'accueil, d'écoute, de soutien et d'accompagnement 24h/24 et 7j/7 a ouvert ses portes le 25 novembre dernier sur l'île de Nantes. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence conjugale société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter