Pêche : face aux mutations du marché, la filière s'organise dans les Pays de la Loire

La filière de la  pêche se structure et s'organise en créant dans les Pays de la Loire l'association interprofessionnelle Loire Océan Filière Pêche (LOFP), l'assemblée générale constitutive a été organisée au conseil régional des Pays de la Loire, qui en est membre.
   
La flotille de pêche dans  le bassin à flot de Saint-Nazaire
La flotille de pêche dans le bassin à flot de Saint-Nazaire © Christophe Turgis / France Télévisions
"On a besoin de communiquer tous ensemble dans la filière, aujourd'hui chacun fait son travail dans son coin, on a besoin de savoir ce que font les autres, pouvoir dire aux marins pêcheurs de cibler plus une espèce qu'une autre par exemple". 

Christelle Bobinot est responsable du site Foro Marée à la criée des Sables d'Olonne en Vendée, pour elle, la création de l'association interprofessionnelle Loire Océan Filière Pêche (LOFP) devrait permettre de réunir les professionnels de la pêche.
 

Limiter les pertes

"Pendant l'épidémie de Covid-19, on s'est vraiment aperçus qu'on avait besoin les uns des autres", explique José Jouneau, président du comité régional des pêches dans les Pays de la Loire et marin-pêcheur à la retraite.
"On s'est beaucoup réunis et appelés pour mettre en adéquation l'offre et la demande de poisson, ce qui nous a permis de ne pas trop avoir de pertes et d'apprendre à se connaître".

Aux Sables-d'Olonne, comme à La Turballe en Loire-Atlantique, la baisse en tonnage est de l'ordre de 20 à 30% et de 25% en valeur.

Les producteurs ont accusé une perte de 5 millions d'euros sur la période du confinement (7 millions pour l'ensemble de la filière) et pour les membres de Loire Océan Filière Pêche, l'impact financier aurait été encore plus important sans cette structuration.
Pêche : la filière s'organise dans les Pays de la Loire


Pêcher local, consommer local

Leur association entend aussi valoriser circuits courts et ressource halieutique régionale (merlu, sole, bar, crevette rose, langoustine...).

"On se rend compte en région des Pays de la Loire, qu'une partie de nos marchés , 70%, s'en vont soit sur l'Italie, soit sur l'Espagne, donc en période de covid avec la fermeture des frontières, c'est un sacré handicap.
Alors que nous avons des secteurs d'activité, la restauration collective par exemple, qui fait venir du poisson d'ailleurs ! On importe 80% de poissons de Norvège ou des pays de l'Europe du Nord.
Nous avons 6 ports idéalement placés qui peuvent distribuer nos poissons dans notre région".


José Jouneau souhaiterait que la population "consomme davantage de poisson local et de qualité issu de la pêche artisanale" plutôt que du saumon ou du cabillaud, qui écrasent le marché français.
 

Faire face aux nouveaux défis

La filière veut aussi mieux faire face à des défis communs : la perspective d'un Brexit "dur" qui risque de déplacer des bateaux de pêche de la Manche vers le Golfe de Gascogne et créer des conflits de zones de pêche, les conséquences de la crise sanitaire et économique ou encore les contraintes environnementales.

A la criée des Sables-d'Olonne, Sylvain Ravon, le responsable de la criée voit dans cette nouvelle organisation une force pour réguler les prix, et les revenus des partenaires.
"L'idée c'est bien de pouvoir communiquer, échanger pour appréhender au mieux les marchés, et puis essayer d'avoir une meilleure constance dans les prix, pour gagner en visibilité".

La nouvelle association, dotée d'un budget de 200 000 euros, réunit cinq collèges qui représentent les différents acteurs de la pêche dans la région -producteurs, mareyeurs, halles à marée et logistique, poissonnerie, transformation et distribution- et institutionnels, dont la région et ses départements littoraux de Loire-Atlantique et de Vendée.
 

La filière pêche en détails

Dans les Pays de la Loire, la filière de la pêche réunit 1 300 marins-pêcheurs embarqués, 350 bateaux et 400 pêcheurs professionnels à pied. Elle pèse économiquement : plus de 110 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel dans les cinq halles à marée, Le Croisic, Les Sables d'Olonne, La Turballe, Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Noirmoutier, où plus d'une centaine d'espèces différentes sont débarquées chaque matin.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie mer