Rencontre. "On peut se tutoyer ?" Allan va chaque jour à la rencontre de "L'inconnu du tramway" à Nantes

Voilà 10 ans qu'Allan s'amuse à tirer le portrait de ceux qui, comme lui, prennent le tram à Nantes. Plus de 900 minihistoires publiées sur son blog "L'inconnu du tramway". On a fait un bout de chemin avec lui sur la ligne 3.

Il est un peu plus de 16h30 lorsque Allan monte dans la rame, à l'arrêt Marcel Paul. Le pas est décidé, l'allure imposante ne trahit aucune hésitation. Sur qui ça va tomber aujourd'hui ?

Dans la rame, pas grand monde. On est tout au début de la ligne 3, à Saint-Herblain, au nord de Nantes.

Un jeune coiffé d'un bob noir Lacoste a pris place près de la vitre. Allan, lui, a sa casquette aux couleurs de l'équipe de basket des Golden State Warriors (NBA). La rencontre va-t-elle matcher ? 

"Bonjour, lance le grand barbu de sa voix grave , je m’appelle Allan." Et il déroule son texte de présentation, sa démarche, ses interviews, les photos, tout ça pour son blog… Le jeune homme esquisse un sourire et accepte sans trop de difficultés de se prêter au jeu de "L’inconnu du tramway".

A la suite de "L'inconnu du métro"

Tout a commencé il y a 10 ans. Allan avait été séduit par un reportage sur France 2 racontant la démarche originale d'une jeune femme qui avait lancé un concept baptisé "L'inconnu du métro". Elle engageait la conversation avec des personnes rencontrées au hasard de ses voyages dans le métro parisien et publiait ensuite ses portraits sur son blog. Et puis elle avait arrêté, laissant à qui le voudrait bien, la mission de poursuivre cette série sans fin.

Allan qui était déjà passionné de photographie a eu envie de relever le défi. C'était en 2013. 

Il prenait alors la ligne 1 du tramway nantais pour se rendre à La Beaujoire. Armé de son calepin, de son stylo et de son reflex, il a commencé sa version de "L'inconnu du tramway".

Un projet humano-photographique

"Je prends beaucoup les transports en commun, raconte Allan. Je me posais beaucoup de questions sur les inconnus que je croisais."

Et les rencontres se sont multipliées au fil des trajets en allant ou en revenant du boulot. Le blog s'est enrichi de centaines de petites histoires glanées de stations en stations. Ouvriers, cadres, chômeurs, étudiants...

"Je poussais la démarche artistique jusqu’à retoucher mes photos, précise Allan. Mais je fais plus un projet humano-photographique que de la photographie humaine."

Allan s'était fait une obligation de publier chaque jour de la semaine un nouveau portrait. C'était parfois devenu un peu lourd à assumer avoue-t-il.

Stoppé par le covid

Et puis est arrivée la crise sanitaire. Le blog a stoppé net, victime collatérale du confinement.

Après cette parenthèse imposée, Allan, qui est informaticien, a moins repris les transports, du fait du télétravail qu'il pratique plusieurs jours par semaine. Et il a changé de ligne. Maintenant, il est sur la ligne 3, qui l'emmène de chez lui, à Rezé, jusqu'à Saint-Herblain où se trouve son nouvel emploi. Clic clac, le blogueur a récidivé. Moins souvent dans la semaine, mais le plaisir était revenu.

"Le but, quand je publie, c’est que les gens (les lecteurs) se posent et aient un moment de bienveillance. On s’identifie, ou pas, on apprend des choses… ou pas."

Allan Touchais

Auteur du blog "L'inconnu du tramway"

Pour varier les portraits il a pris le navibus et le chronobus.

"J’ai un discours bien rôdé, explique Allan et j’ai des cartes de visite." Malgré tout, le contact se fait plus facilement avec les moins de 50 ans, plus difficilement avec les seniors qui se méfient un peu de ce grand costaud qui veut les photographier et les faire parler.

"J’aime bien aller embêter les gens qui décident d’être seuls dans leur coin, ou planqués derrière leurs écouteurs, s'amuse Allan. C’est plus difficile tôt le matin, ou quand il pleut."

Allan avoue aussi qu'il essaye de rattraper son retard sur les femmes. Moins enclines à jouer le jeu. " Clairement, c’est difficile de faire confiance à un inconnu", lui a dit un jour une femme qu’il a rencontrée.

Mais Allan adore créer du lien dans un lieu qui ne s’y prête pas.

"On peut se tutoyer ?"

A peine assis devant son "client" du jour, Allan ouvre son sac et en sort son appareil photo. Le jeune homme ne rectifie pas la pose et se laisse immortaliser dans sa posture d'usager du tram.

"On peut se tutoyer ?" commence Allan. Puis il sort son calepin et son stylo.

Thibault a 18 ans, il est étudiant en digital marketing.

"Tu veux être quoi ?" interroge Allan. L'informaticien a trouvé là une bonne ficelle sur laquelle tirer pour son article.

"Pour faire quoi ? Je sais pas ! répond Thibault. Il y a plein de trucs dans l’informatique."

Les questions se succèdent, courtes et franches. La conversation se détend peu à peu.

Thibault avoue qu’il a choisi aussi sa filière, un bac + 3, pour rassurer sa mère.

"Apprend-moi un truc de tes études, un qui t’a marqué", demande Allan qui a, comme ça, des questions clés qu’il pose à chaque interviewé.

Thibault a du mal à répondre. Il glisse qu’apprendre le logiciel Photoshop n’a pas été facile.

"Qu’est-ce que tu aimes faire ?"

"Lire" répond Thibault qui est passionné d’Histoire et lit en ce moment une biographie du général royaliste vendéen Charrette.

On apprend aussi qu’il a un chat nommé Titouan.

"C’est bizarre quelqu’un qui vient t'aborder comme ça !"

Progressivement, le tram s’est rempli, mais personne ne fait vraiment attention à ce voyageur qui en interroge un autre et note les réponses sur son carnet.

"Le mot de la fin ?", demande encore Allan. "Vive l’histoire !" répond Thibault en riant.

"C’est bizarre sourit le jeune homme, quelqu’un qui vient t'aborder comme ça. On n’a pas l’habitude."

Thibault se lève, il descend là.

"Salut Thibault" lance Allan. "Salut" répond Thibaut qui a gardé la carte de visite d’Allan pour aller découvrir son blog.

"Des fois, des anciens « inconnus » me tapent sur l’épaule : Salut Allan !"

Allan Touchais

Auteur du blog "L'inconnu du tramway"

Exercice terminé pour Allan qui tient son portrait du jour. "On ne se serait jamais parlé lui et moi si je n’avais pas eu ce projet" dit-il. Les rencontres sont toutes intéressantes. Les gens ont des jobs qu’ils aiment, des études qu’ils aiment, ont des hobbys que je ne connais pas, des métiers que je ne connais pas. Certains sont devenus des amis et sont venus manger à la maison."

D'autres aussi lui ont dit avoir plus d’intérêt pour leurs voisins de tram depuis qu’ils ont accepté d'échanger avec lui.

"L'inconnu du tramway", présent également sur les réseaux sociaux, propose ainsi plus de 900 portraits.