Retraite : "Les caisses de retraite ont du mal à répondre à la demande " Initiativ'Retraite 44 aide les futurs retraités à constituer leur dossier

Alors que se prépare une nouvelle journée d'action contre la réforme des retraites, les bénévoles d'une association travaillent à aider ceux qui préparent leur dossier de carrière pour faire valoir leurs droits. "On s'attend à une vague de demandes" disent-ils.

Dans la salle de réunion mise à disposition par la Chambre d'Agriculture de Loire-Atlantique, Bernard Guillamot a posé son ordinateur portable. Sur l'écran, derrière lui, est projeté le dossier d'Eric. Un fichier Excel fait de colonnes, d'intitulés de caisses de retraites et de chiffres. Beaucoup de chiffres. La carrière d'Eric s'affiche, avec ses différentes périodes et ses éventuels trous ou erreurs.

Bernard est devenu un "pro" du dossier retraite depuis qu'il a lui-même préparé la sienne. Comme il dit, il est un "polypensionné", c'est-à-dire qu'il a eu plusieurs employeurs et... plusieurs régimes.

"Mon dossier retraite, c'était quelque chose !" dit-il. 

La meilleure optimisation financière

Cet ancien éleveur finistérien de vaches laitières a ensuite repris les études pour une formation d'ingénieur agricole, puis s'est installé en Loire-Atlantique, a été contractuel dans le secteur public puis formateur à la Chambre d'Agriculture... autant dire que son dossier n'était pas des plus linéaires. Il a fait ses calculs et décidé de la date la plus pertinente de son départ en retraite avec la meilleure optimisation financière par rapport à son projet de vie.

Depuis, il met ses compétences au service des autres. Comme une dizaine de bénévoles d'Initiativ'Retraite 44 qui, armés d'un logiciel mis au point par Jean-Claude Guérois, passent du temps, beaucoup de temps, à éplucher le déroulé de carrière de ceux qui les sollicitent. Et c'est parfois compliqué.

Bernard se souvient d'un cas : "Le dossier d'un salarié de l'intérim, raconte-t-il. Sur 42 années de carrière, il n'y en avait pas 10 qui étaient correctes !"

Un logiciel efficace

Le logiciel de Jean-Claude Guérois est constamment remis à jour, nourri par l'expérience accumulée au fil des situations examinées. C'est devenu l'outil national de l'association Initiativ' Retraite qui a des antennes dans chaque département. Celle de la Loire-Atlantique est l'une des plus actives avec pas moins de 472 simulations opérées en 2022 par ses bénévoles.

Créée à la fin des années 80, l'association se consacrait à la défense du pouvoir d'achat des retraités et futurs retraités du secteur para-agricole : MSA, chambres d'agriculture, coopératives, Crédit Agricole... Puis, elle s'est ouverte, dans certains départements comme la Loire-Atlantique, à tous les secteurs.

"Les gens viennent par le bouche-à-oreille, dit Bernard, où par les organisations professionnelles. On traite le dossier de quelqu'un puis de membres de sa famille, des copains du boulot."

Entre huit et quinze jours pour une réponse

A Inititiativ'Retraite 44, c'est Pascal Lemoine, le président, qui reçoit les demandes et les ventile sur la dizaine de bénévoles. En moyenne, l'examen d'un dossier demande entre huit et quinze jours. Le demandeur reçoit ensuite par courriel son dossier avec les éventuelles incohérences à rectifier, les démarches à suivre et une estimation de l'âge et du montant de la retraite.

"Les gens viennent chez nous pour être sûrs de ce qu'ils font. Car, une fois reçu leur avis de liquidation de retraite, ils n'ont plus que deux mois pour faire des réclamations."

Pascal Lemoine

Président association Initiativ'Retraite 44

Eric qui a pris son adhésion à l'association pour l'aider dans la préparation de son dossier, est pleinement satisfait. L'adhésion lui a coûté 30 €. Pour les mêmes services, des sociétés privées facturent plusieurs centaines d'euros minimum.

Le calcul et les conseils

"On ne trouvera personne capable de synthétiser comme ça l'ensemble des informations, reconnaît-il. A la MSA, c'est rapide, mais pour les autres caisses de retraite, c'est plus compliqué." Et son cas avait quelques pièges. Il a été dans le régime général, une période dans le libéral puis dans le secteur para-agricole.

"Au-delà du calcul, précise Eric, il y a le conseil. J'ai démarré tard ma carrière et je savais que je n'aurais jamais tous mes trimestres, ou alors, à 67 ans." Il va en avoir 61.

"La CARSAT et la MSA vont recevoir un flot important de demandes de retraite, les caisses vont devoir réactualiser leurs outils informatiques."

Bernard Guillamot

Bénévole Initiativ'Retraite 44

Les conseils de Bernard ont permis à Eric d'opter pour un départ progressif à la retraite.

"En partant dès cette année en retraite progressive, se réjouit-il, j'aurai un niveau de revenu qui correspondra à mon besoin."

Cette aide de l'association l'a soulagé. Apaisé. 

"Quand on se prépare à partir en retraite, on est dans un territoire inconnu, témoigne Eric. On n'a pas de boussole, pas de carte, pas de GPS. L'association m'a apporté cette sécurisation de mon parcours d'entrée dans cette nouvelle vie."

"Quand ça va se débloquer, on va exploser !"

Bernard lui a proposé cinq simulations. Eric a pu faire son choix en toute quiétude. Enfin presque.

Car la réforme des retraites a tout remis en question. Il faudra attendre la publication de tous les décrets d'application de la nouvelle loi pour actualiser le logiciel et donner des réponses fiables.

"On s'attend à une vague de demandes, et certaines seront urgentes, prévient Pascal Lemoine, le président d'Initiativ'Retraite 44. Quand ça va se débloquer dans les jours qui viennent, on va exploser !"

Initiativ'Retraite ne perd pas pour autant ses adhérents une fois qu'ils ont eu des réponses à leurs questions. L'association propose d'autres services : des informations sur les questions de santé, des voyages, des formations aux outils numériques et des tarifs préférentiels pour une complémentaire santé.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Pays de la Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité