Saint-Aignan de Grand Lieu : les débrayages cessent chez Tipiak mais le conflit sur les primes continue selon la CGT

L’usine Tipiak de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu a connu six débrayages ces dernières semaines. Les salariés réclament une prime pour ceux qui ont travaillé pendant le confinement. La direction refuse. La CGT donne rendez-vous à la rentrée pour la suite du mouvement.

Les salariés de l'usine Tipiak de Saint-Aignan-Grandlieu manifestent, le 9 juin 2020
Les salariés de l'usine Tipiak de Saint-Aignan-Grandlieu manifestent, le 9 juin 2020 © Ronan Lherbier.
Après plusieurs débrayages, il n’y a toujours pas d’accord entre la direction et les salariés de Tipiak (branche épicerie). Les salariés se sont réunis ce mardi 30 juin afin de déterminer s’ils poursuivaient ou non leur mouvement.

Le personnel demande une prime de 25€ par jour, soit environ 1000€ pour ceux qui avaient travaillé pendant le confinement.

Un dialogue difficile avec la direction, selon Damien Marin délégué CGT de Tipiak Epicerie, après une réunion ce lundi. Une réunion de comité de groupe avec tous les délégués syndicaux, le PDG de Tipiak et les deux directeurs généraux du groupe.

La direction propose in fine trois jours de congés payés pour ceux qui ont travaillé plus de vingt jours, cinq pour ceux qui ont travaillé plus de trente jours, mais pas de prime.

Pour Damien Marin délégué CGT de Tipiak Epicerie, le compte n’y est pas :

"On a passé quatre heures en réunion aujourd'hui, ça n'a pas donné grand-chose, le discours reste le même ... Ils ne veulent rien lâcher, ils ont joué la montre, il y a les vacances qui approchent. Soit on durcit le mouvement et plutôt que de faire des débrayages comme on l'a fait depuis le début on part sur des journées de grève complètes, soit on laisse tomber, en leur disant que l'on avait bien compris qu'ils ne voulaient rien nous donner ! expliquait Damien Marin délégué CGT.

"Mais par contre, les prochaines négociations de salaire qui auront lieu en fin d'année, il faut qu'ils s'attendent à un conflit quasiment d'entrée, parce que les gens sont bien remontés."

Dans un communiqué, la CGT fait valoir que "En 5 mois, nous (l'entreprise) avons réalisé le résultat de 12 mois d’une très bonne année." 

Elle annonce : "La direction a jusqu’à fin Août pour verser une prime. Si rien n’est fait d’ici là nous resterons en conflit. Il y aura des négociations uniquement quand nous aurons décidé que cela vaut le coup."

D'autres sites du groupe comme la filiale "Panification" en Normandie à Pont-l’Évêque étaient en grève pour des revendications salariales et leurs conditions de travail.
 
Le groupe Tipiak a 7 usines dont 4 en Pays de la Loire, divisé en trois filiales : Épicerie à Saint-Aignan de Grand Lieu; Traiteur Pâtissier à Saint Herblain, Malville et Pontchâteau; Plats Cuisinés Surgelés à Fouesnant et Marans,
Le groupe compte aussi une filiale Panification en Normandie à Pont-l’Évêque


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève économie social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter