Traitement anti-covid : à Nantes, fin de la seconde phase de l'essai clinique du candidat médicament XAV-19

La biotech nantaise Xenothera et le CHU de Nantes annoncent la fin des inclusions de la seconde phase de l'essai clinique. 398 patients dans 35 hôpitaux français ont participé à cette étude qui évalue l'efficacité du candidat médicament XAV-19 sur les pneumonies modérées liées au covid.

Dès 2015, Xenothera a commencé à travailler sur un traitement contre les infections à Coronavirus. Mis en sommeil en 2016, le projet vient d'être relancé.
Dès 2015, Xenothera a commencé à travailler sur un traitement contre les infections à Coronavirus. Mis en sommeil en 2016, le projet vient d'être relancé. © Xenothera

Le XAV-19 est à ce jour l’un des anticorps anti-COVID les plus prometteurs en développement.

Le candidat médicament développé à Nantes par le laboratoire Xenothera, dirigé par Odile Duvaux, médecin et le professeur Raffi, chef du service des maladies infectieuses au CHU, a terminé les essais cliniques de phase II. 398 patients dans 35 hôpitaux ont reçu ce traitement.

Ce n'est pas un vaccin, mais un médicament qui permet d'atténuer les effets de la covid-19 dès que la maladie nécessite une hospitalisation. Le XAV-19 est destiné aux cas modérés à graves, en début d'hospitalisation, pour éviter le passage en réanimation.

La biotech Xenothera et le CHU de Nantes annoncent la fin des inclusions de la seconde phase de l’essai clinique Polycor, promu par le CHU de Nantes.

 

Enrayer l’aggravation de la maladie

398 patients ont été inclus dans cette étude qui évalue, chez les volontaires présentant une pneumonie modérée liée à la covid, l’efficacité de XAV-19. L' anticorps polyclonal spécifique développé par Xenothera vise à enrayer l’aggravation de la maladie et éviter en particulier un transfert en réanimation. La mobilisation d’un réseau de 35 hôpitaux en France a permis d’atteindre l’objectif d’inclusions de l’étude Polycor en moins de trois mois. Les premiers résultats de l’essai sont attendus cet été.

"Nous sommes très heureux d’avoir pu finaliser les inclusions dans un délai aussi rapide et tenons à remercier les patients ainsi que tous nos collègues et les unités de recherche clinique de tous les centres hospitaliers impliqués dans cette étude importante", déclare le Docteur Benjamin Gaborit, Investigateur Coordonnateur de Polycor, du Service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Nantes.

"Au total, la fin des inclusions de Polycor arrive un an jour pour jour après notre premier rendez-vous avec l’ANSM, en plein confinement, le 16 avril 2021. L’extraordinaire vitesse à laquelle ce projet est mené, est le fruit d’une mobilisation exceptionnelle, et d’une collaboration de très grande qualité entre le CHU de Nantes et les équipes d’une biotech, dans un contexte d’urgence. Toutes les personnes impliquées ont fait un travail incroyable . C’est formidable ! " commente le docteur Odile Duvaux, présidente de Xenothera

Le candidat médicament XAV-19 de Xenothera est un anticorps polyclonal anti-Sars-Cov-2 protecteur similaire à la réponse naturelle de l’homme. Basé sur une technologie propriétaire unique et brevetée, il agit par plusieurs mécanismes d’action, notamment la neutralisation du virus, en réduisant l’inflammation et en limitant une réponse immunitaire trop forte. Ce que les spécialmistes appellent "les risques de tempête cytokinique".

Xenothera avait annoncé dès le début du mois de février, l’effet bloquant du XAV-19 contre les différents variants circulant actuellement, dits britannique, sud-africain, brésilien, danois  et écossais.

"C’est une excellente nouvelle. Cela fait plusieurs années que Xenothera a identifié l’intérêt de ses anticorps comme traitement contre les infections à coronavirus, c’est ce qui nous a permis de disposer du premier lot clinique de XAV-19 dès le mois de mai 2020. L’efficacité du XAV-19 contre les variants en circulation était probable, compte-tenu du caractère polyclonal de notre produit. L’avantage du XAV-19 en tant qu’anticorps polyclonal, est désormais prouvé, à l’inverse des anticorps monoclonaux. Nous préparons activement nos capacités de production afin de pouvoir soigner les personnes malades. Comme nous le martelons, vaccins et traitements sont les deux bras de la lutte contre l’épidémie", avait annoncé à l'époque Odile Duvaux.

Le décret paru le 10 avril 2021 autorise la précommande de 30 000 doses du XAV-19. Le laboratoire nantais attend la concrétisation de cette décision d'un jour sur l'autre. Le président de la République, lors de sa visite à Nantes le 11 février dernier, avait manifesté son intérêt pour ce traitement.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société recherche culture sciences