Vertou, près de Nantes : huit arbres abattus à l'aube, en toute discrétion

Dans la nuit du 17 au 18 novembre, huit arbres ont été abattus dans le parc de Sèvres à Vertou. Une opération menée en catimini par la commune et dénoncée par l'association de sauvegarde de l'environnement de Vertou.

Huit arbres ont été abattus dans le parc de la Sèvre à Vertou, le 18 novembre 2020
Huit arbres ont été abattus dans le parc de la Sèvre à Vertou, le 18 novembre 2020 © Sohippo/ASEV
Les membres et sympathisants de l’association de défense des arbres de Vertou ne s’attendaient pas à un tel spectacle ce mercredi 18 novembre. A l'aube, sept chênes et un platane ont été abattus dans le parc de la Sèvre, le long de la chaussée des moines.

"C’est une terrible nouvelle", s’insurge Sophie Marzorati, secrétaire de l’association de sauvegarde de l’environnement de Vertou (Asev)."Nous étions en discussion avec le maire qui nous avait reçus le 3 novembre. Le projet d’aménagement du parc de la Sèvre évoluait, le maire avait convenu de nous proposer de nouvelles rencontres pour nous tenir informés de l’avancée des ajustements", confirme Sophie Marzoti. "Nous sommes choqués. Les élus eux-mêmes ont été informé de l'abattage vers 8 heures du matin alors qu'il avait déjà eu lieu". 

"On sera bien là pour rappeler au maire toutes les promesses qu’il avait faites. Nous sommes dégoutés par cette confiance qu’on avait commencé à lui accorder", explique Cathy Turgis, présidente de l’association Asev, qui dénonce un manque de transparence."Il a enfreint la loi L350-3, il n’est pas censé toucher à des alignements, ni faire abattre des arbres qui sont sains". L’association a porté plainte le 18 novembre à la gendarmerie de Vertou à l'encontre de la Mairie pour atteinte au code de l'environnement. Elle a également fait constater par huissier l’absence d’affichage et l’état global du site après l’abattage.

Dans le cadre du réaménagement du parc de la Sèvre, 38 arbres devaient être abattus, des chênes de marais, des érables ou encore des marronniers. Très mobilisés, les habitants ont lancé une pétition mi-octobre qui rassemble à ce jour plus de 38 000 signatures. Suite aux concertations avec l'association, le nombre d'arbres concerné par l'abattage devrait être cependant revu à la baisse.

Le 24 septembre dernier, le maire de la commune de Vertou avait renoncé à l’abattage de 16 arbres sur le quai de la Chaussée aux Moines après la mobilisation des riverains et le recours déposé au tribunal administratif. Dans une vidéo mise en ligne sur le site de la commune, le maire Rodolphe Amailland, justifie l'abattage de ces arbres : "la décision a été prise de lancer ce matin les travaux du Parc de la Sèvre, issus du grand projet Demain la Sèvre. Cela commence par l’abattage de huit arbres pour préparer les aménagements futurs", explique-t-il.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement polémique société