• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

VIDEOS - Nantes : mort confirmée de Georges Courtois, le truand qui a défié la justice lors d'une prise d'otages

Les retrouvailles de Georges Courtois et Robert Broussard à l'occasion du documentaire : "prise d'otages à la cour d'assises"
Les retrouvailles de Georges Courtois et Robert Broussard à l'occasion du documentaire : "prise d'otages à la cour d'assises"

Le parquet de Quimper vient de confirmer la mort de Georges Courtois dans l'incendie de son appartement de Quimperlé (Finistère) ce samedi 16 mars. L'autopsie du corps a lieu ce mardi à Brest. Georges Courtois était connu pour une prise d'otage au palais de justice de Nantes en décembre 1985.  

Par Guénolé Seiler

Georges Courtois, 71 ans, a passé la moitié de sa vie en prison avant de s'installer à Quimperlé, dans un appartement qu'il louait et où un corps calciné a été retrouvé. Dimanche dernier, une source proche de l'enquête précisait à France 3 Bretagne   "Tout laisse penser que le corps calciné serait celui de Georges Courtois".
Suite à l'autopsie qui a été pratiquée sur le corps calciné, les enquêteurs confirment ce mardi, qu'il s'agit bien de celui de Georges Courtois, l'ancien braqueur.
Il avait passé un scanner en janvier dernier, ce qui a permis aux enquêteurs de confirmer l'identité de la victime.
En décembre 1985, Georges Courtois avait pris en otages une cour d'assises à l'occasion de son propre procès.
Une équipe de télévision de FR3 avait capté l'essentiel des événements. Truand gouailleur, citoyen révolté contre l'injustice, chroniqueur judiciaire un temps à Nantes, Georges Courtois avait négocié à Nantes avec le célèbre commissaire Broussard la fin de la prise d'otages

Lundi 25 mars après Soir 3, France 3 Pays de la Loire rediffusera le documentaire “Prise d'otages en direct à la cour d'assises” 

Ce documentaire avait permis les retrouvailles entre Georges Courtois et le commissaire Broussard, plus de 30 ans après les faits.
En décembre 2017, à l'occasion de la première diffusion de ce documentaire, nous avions reçu Georges Courtois sur le plateau de France 3 Pays de la Loire.
En 2015, Georges Courtois avait raconté sa vie de gangster dans un livre testament : "aux marches du palais".
Celui qui aurait préféré être "ingénieur que voleur" confiait aussi : "quand tu vas en maison de correction quand tu es jeune, tu es certain d'en sortir avec ton CAP de délinquant".  
 

Sur le même sujet

Nantes : le samedi 6 avril 2019, la vidéo de manifestants pris au piège d'une "nasse" fait polémique

Les + Lus