• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

Expulsions à Notre-Dame-des-Landes : le film de la journée

Les opérations d'expulsion ont débuté sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes, le 9 avril 2018 / © France 3 Pays de la Loire
Les opérations d'expulsion ont débuté sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes, le 9 avril 2018 / © France 3 Pays de la Loire

Les opérations d'expulsion des occupants de Notre-Dame-des-Landes ont débuté tôt ce lundi matin. 2 500 gendarmes sont mobilisés pour cette opération qui devrait durer deux jours.

Par Fabienne Béranger

►Voir ou revoir notre édition spéciale du lundi 9 avril 2018

  • 3 heures du matin, les gendarmes mobiles procèdent "à une mission de maintien de l'ordre"
Les accès principaux à la route 281, l'ex-route des chicanes et symbole du "retour à l'état de droit", sont bloqués par les gendarmes dès 3h30 au sud et avant 4h au nord.

Pour le ministère de l'Intérieur "pendant la nuit, (la gendarmerie) a procédé à une mission de maintien de l’ordre sur la route départementale 281, où les occupants illégaux ont installé et incendié des barricades, l'opération débutée ce matin vient mettre à exécution des décisions de justice pour procéder à l’expulsion des occupants les plus radicaux."
Affrontement, au premier jour de l'intervention sur la zad. / © Eléonore Duplay
Affrontement, au premier jour de l'intervention sur la zad. / © Eléonore Duplay
  •  6 heures du matin, les expulsions démarrent
Les forces de l'ordre progressent depuis la RD281 pour investir les lieux. Au fur et à mesure de leur progression, les zadistes filent à travers champs.
La progression des gendarmes mobiles se fait mètre par mètre : les Fosses Noires, le Lama Fâché... Ils procèdent aux évacuations et démantèlent un à un des lieux de vie.

Aux zadistes qui leur envoient cailloux, cocktails molotov et fusées de détresse, les gendarmes répondent par des lacrymos, des grenades assourdissantes et des manoeuvres d'encerclement, 
Un gendarme est blessé à l'oeil par un tir de fusée de détresse, il sera transporté au CHU de Nantes avant d'en sortir en fin de matinée.
NDDL , évacuation de la Zad
  • 11 heures, "Expulsion et démolition"
"On a atteint une bonne part de l'objectif, on a été plus vite qu'on pensait", estime la préfète de Loire-Atlantique qui précise, qu'en cette fin de matinée, ce sont "sept squats qui ont été démantelés, trois sont en train de l'être. Il n'y avait qu'un squat où se trouvaient six personnes".

"On va continuer cet après-midi, et aussi demain. Le mode ne change pas : expulsion et démolition", déclare Nicole Klein, la préfète de Loire-Atlantique, à l'occasion d'un point presse en mairie de Notre-Dame-des-Landes.
Point Presse de Nicole Klein, préfète de Loire-Atlantique, et le Général Richard Lisurey , directeur général de la gendarmerie / © Franck Dubray - France 3 Pays de la Loire
Point Presse de Nicole Klein, préfète de Loire-Atlantique, et le Général Richard Lisurey , directeur général de la gendarmerie / © Franck Dubray - France 3 Pays de la Loire
  • 11h30, le lieu-dit des "100 Noms" évacué
L’huissier arrive au lieu dit les "100 noms" en fin de matinée. Il refuse de produire l’ordonnance sur requête. Selon, l'une de notre journaliste sur place, les habitants lui ont signifié qu’ils vivaient là depuis 5 ans, que le courrier passait, et qu’ils n’avaient rien reçu.

Les occupants estiment avoir fait des démarches en bonne et dûe forme pour régulariser leur situation. Sur site, ils cultivent un potager, élèvent 80 moutons ainsi que des ânes. L'huissier leur a donné 10 minutes pour évacuer les lieux.
Les Zadistes convergent vers les "100 Noms", la tension monte. Les opposants sont finalement repoussés dans un champ voisin.
Evacuation sur le site des 100 Noms à Notre-Dame-des-Landes / © Eléonore Duplay - France 3 Pays de la Loire
Evacuation sur le site des 100 Noms à Notre-Dame-des-Landes / © Eléonore Duplay - France 3 Pays de la Loire
Pour l'Acipa, il s'agit d'une "expulsion incompréhensible (...) ses habitants portaient pourtant un vrai projet agricole qui tenait la route !". Estimant que l'Etat ne respecte "pas sa propre parole", l'association appelle "tous ceux qui le peuvent à venir demain à NDDL !"
  • 17h, l'opération d'expulsion "n'est en aucun cas une surprise"
A l'occasion de son second point presse de la journée, Nicole Klein, la préfète de Loire-Atlantique a rappelé que le Premier ministre avait donné jusqu'au printemps aux opposants illégaux de la Zad pour la quitter. "L'opération d'expulsion des occupants illégaux de l'ex Zad de Notre-Dame-des-Landes n'est donc en aucun cas une surprise".

"Le concours de la force publique pour mettre en oeuvre les décisions de justice d'expulsion est donc aujourd'hui rendue nécessaire en raison du refus de certains individus de rentrer dans l'Etat de droit"
, ​a ajouté la préfète.

Nicole Klein a dressé le bilan des opérations du jour : "13 squats ont été évacués (...) Six ont d'orest déjà été démolis. Il n'y a aucun bâti, ce sont des squats précaires."
"Cette opération est menée avec discernement. Les squats visés l'ont été sur la base de critères objectifs" comme la "proximité avec la route départementale D281" et "l'absence de projets agricoles sérieux" .
  • 18 heures , un rassemblement devant la préfecture
​Ce lundi soir, près de 80 rassemblements de soutiens aux expulsés sont prévus en France. A Nantes, quelques centaines de personnes se sont réunies devant la préfecture en début de soirée.

Rassemblements également au Mans pour une cinquantaine de personnes ainsi qu'à Angers où 150 personnes se sont réunies. Un appel a également été lancé pour le rassemblement prévu samedi à Nantes.

  • 20h30, la tension monte à Nantes
Les manifestants ont défilé dans les rues du centre-ville de Nantes sous une forte escorte policière. Alors qu'ils revenaient à leur point de départ à la préfecture, les premières échauffourées ont démarré.

► Le "no comment" de la journée

NDDL : le film de la journée du 9 avril 2018

 

La journée en quelques chiffres

  • 2 500 gendarmes mobilisés
  • 13 squats ont été "traités" et dix personnes expulsées
  • 7 personnes ont été interpellées : un mineur pour avoir jeté un pavé sur les forces de l'ordre, six personnes pour "infraction à la législation sur les stupéfiants et transport d'armes"
  • Un gendarme a été blessé à l'oeil par un tir de fusée de détresse
  • Six blessés côté zadistes

A lire aussi

Sur le même sujet

Circuit Bugatti : dernier départ du Grand Prix Meule Bleue

Les + Lus