• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Notre-Dame-des-Landes : Nicolas Hulot, “le Larzac n’est pas reproductible ici”

Nicolas Hulot à Nantes le 18 avril 2018 / © France 3 Pays de la Loire
Nicolas Hulot à Nantes le 18 avril 2018 / © France 3 Pays de la Loire

Nicolas Hulot présidait ce mercredi après-midi une réunion entre la préfète de Loire-Atlantique et une délégation d'opposants de la Zad de Notre-Dame-des-Landes.

Par Fabienne Béranger

En fin d'après-midi, le ministre de la Transition écologique a tenu une conférence de presse à l'issue de cette réunion. A propos de la tournure prise la semaine passée par l'opération d'expulsion des occupants, Nicolas Hulot a exprimé  un "sentiment de tristesse, de gâchis d'une situation qui ne devrait pas prendre cette tournure".

"
Beaucoup ont été choqués par ce qui s'est passé, je veux témoigner de la retenue des gendarmes dans une opération délicate, difficile" a-t-il ensuite ajouté, précisant qu'ils n'ont "pas été cherché le contact".

"L'état a donné la possibilité à celles et ceux même qui aurait été expulsés de proposer un projet à dimension agricole" ​a-t-il poursuivi,  "il ne faut pas perdre à l'esprit le combat mené pour préserver les terres agricoles, les terres humides et la biodiversité. Sauf à me tromper, ce combat là a été atteint".

"Le Larzac n’est pas reproductible ici"


Nicolas Hulot a rappelé la date butoir du 23 avril, date à laquelle les porteurs de projet devront s'être déclarés auprès de la préfecture. "Ne ratons pas la dernière étape, ne rentrons pas dans une spirale de posture et d'opinions (...) Ne confondons pas écologie et anarchie".

"
Il n’est pas du tout incompatible que dans les projets individuels se forment ensuite des projets collectifs", a précisé Nicolas Hulot, ajoutant que "le Larzac n’est pas reproductible ici".

"J'avais toujours essayé de trouver un point d'équilibre dans ce combat qu'ils (les zadistes NDLR) ont mené, le gouvernement est en droit d'attendre un geste, et plus qu'un geste, un retour à l'ordre pour les habitants qui subissent maintenant depuis trop longtemps les désordres".

S'adressant aux occupants illégaux de la Zad, Nicolas Hulot dit avoir " compris la raison d'être de votre combat, je suis attentif, mais là je ne peux plus attendre".

Le ministre de la Transition écologique a rappelé que 370 hectares étaient en cours de rétrocession sur la zad à destination de quatre agriculteurs historiques.

A lire aussi

Sur le même sujet

artOtech à Saint-Nazaire avec Ninon Brétécher, comédienne et metteure en scène

Les + Lus