• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Notre-Dame-des-Landes : pour Emmanuel Macron, la colère des opposants n'est “pas légitime”

Emmanuel Macron, face à Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel, le 15 avril. / © FRANCOIS GUILLOT / AFP / POOL
Emmanuel Macron, face à Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel, le 15 avril. / © FRANCOIS GUILLOT / AFP / POOL

Le président de la république est revenu sur l'opération d'évacuation en cours sur la ZAD, lors de l'entretien accordé à RMC, BFMTV et Mediapart, dimanche 15 avril.

Par Simon Auffret

Emmanuel Macron a martelé dimanche que la "colère" des opposants à l'évacuation de la Zad de Notre-Dame-des-Landes n'était "pas légitime", promettant que "tout ce qui devra être évacué le sera" à l'issue du nouveau délai de régularisation le 23 avril.

Alors que les forces de l'ordre sont encore largement présentes sur place, face à de nombreux opposants, déterminés à reconstruire une partie des lieux évacués, le chef de l'Etat donnait dimanche un interview diffusé sur BFMTV, RMC et Mediapart

"Vous me parlez d'une colère aujourd'hui mais la colère de qui ? Des gens, qui depuis des années bloquaient un endroit où on faisait construire un aéroport qu'on ne construit pas et qui aujourd'hui viennent continuer à protester ? Je considère qu'(...) elle n'est pas légitime", a lancé M. Macron, jugeant "inadmissible" que "plus d'une soixantaine de gendarmes" aient été blessés en une semaine. Les opposants déplorent de nombreux blessés de leur côté, sans que leur nombre exact n'ai été communiqué.

"Nous laissons ce délai complémentaire pour ceux qui portent un projet mais à l'issue de ce délai tout ce qui doit être évacué sera évacué. L'ordre républicain doit être respecté", a affirmé M. Macron.

Notre-Dame-des-Landes - France 3 Pays de la Loire

Le mouvement de soutien est en train de dépasser les réseaux sociaux et les manifestations. Il se concentre sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes où des sympathisants des opposants viennent les aider à supporter le projet et à tenir contre les violences policières, au moins le temps d'un week-end.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus