Port de Montoir Saint-Nazaire : des militants de Greenpeace bloquent un entrepôt de soja contre la déforestation

Publié le Mis à jour le

Dix activistes de Greenpeace se sont enchaînés tôt ce lundi matin aux grilles d’un importateur de soja sur le port de Montoir-Saint-Nazaire. L’association écologiste dénonce l’entrée sur notre territoire de soja issu de la déforestation au Brésil.

Depuis 5h30 ce lundi matin, dix activistes de Greenpeace France bloquent l'entrée de l'entrepôt de soja de Sea Invest dans le port de Saint-Nazaire. 

L’objectif de l'organisation écologiste est de "dénoncer l’inaction du gouvernement sur le sujet de la déforestation importée".

L’association dénonce ainsi l’entrée en France de soja issu de la déforestation au Brésil.

Les militants écologistes ont déployé sur le site de Sea Invest une grande banderole où l'on peut lire "Déforestation, soja hautemnt inflammable" ou encore "Entrepôts pleins de soja / Politiques vides de sens".

Les activistes se sont également enchaînés aux grilles de l'entrepôt "et ont bloqué le tapis roulant sur lequel sont acheminées les cargaisons". 

“Nous sommes ici pour dénoncer l’inaction climaticide de la France, qui importe chaque année dans ses ports 3 millions de tonnes de soja destiné à nourrir nos animaux d’élevage, sans aucune garantie ou traçabilité suffisante, explique dans un communiqué Cécile Leuba, chargée de campagne Forêts à Greenpeace France. Or la culture du soja est l’une des causes majeures de la déforestation et de la destruction d’écosystèmes précieux en Amérique latine".

Les derniers chiffres de la déforestation sont une nouvelle fois catastrophiques : il faut de toute urgence que le gouvernement prenne des mesures contraignantes pour s’assurer que nos importations de soja ne contribuent plus à détruire des forêts à l’autre bout du monde.”

Cécile Leuba, chargée de campagne Forêts à Greenpeace France

Dans son communiqué, Greenpeace France demande au gouvernement "de prendre de toute urgence des mesures contraignantes pour mettre en œuvre ses engagements et garantir que le soja importé en France n’est pas connecté à la déforestation".

"Greenpeace demande également à la France de rejeter définitivement l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et les pays du Mercosur, poursuit l'organisation qui assure que, selon une expertise scientifique mandatée par le gouvernement, l’entrée en vigueur de cet accord augmenterait significativement la déforestation dans les pays du Mercosur - jusqu’à 25% par an pendant 6 ans".