Cet article date de plus de 4 ans

STX Saint-Nazaire : L'Etat donne son accord à la reprise par Fincantieri

 Les chantiers navals STX France ne seront finalement pas nationalisés, comme le souhaitaient les syndicats, mais passeront sous pavillon italien. Information confirmée cet après-midi par le secrétaire d'Etat à l'industrie Christophe Sirugue. 
Les chantiers de Saint-Nazaire battront finalement pavillon italien.
Les chantiers de Saint-Nazaire battront finalement pavillon italien. © MAXPPP
L'État a annoncé jeudi avoir donné son accord de principe à une reprise des chantiersnavals STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) par le groupe
italien Fincantieri, qui sera minoritaire, tandis que le français DCNS entrera au capital.
L'État, qui détient 33% du capital de STX France, conservera un droit de veto, a déclaré le secrétaire d'État à l'Industrie Christophe Sirugue,
lors d'une conférence de presse. La nationalisation des chantiers avait été envisagée en dernier recours par le gouvernement pour éviter que Fincantieri ne s'empare de la majorité de STX.

Informations dans la presse dès ce midi 


Exit le scénario de la nationalisation, envisagé en dernier recours par le gouvernement pour éviter que Fincantieri ne détienne la majorité de STX. Les chantiers français passeront bien sous contrôle italien, et Fincantieri "a accepté de ramener sa participation sous les 50% mais avec un partenaire italien", révélait Les Echos dès ce midi.
 
Fincantieri a accepté "de ne prendre qu'une majorité relative, de l'ordre de 45% à 49%", assurait Le Monde en soulignant que "l'Italie aurait néanmoins le contrôle (de STX France), grâce à la présence d'une fondation bancaire privée italienne qui obtiendrait autour de 10%".
           
Le journal affirme que le précédent partenaire présenté par Fincantieri a été refusé par Paris car c'était "une émanation de la Caisse des dépôts italienne, actionnaire majoritaire de Fincantieri". "Autant dire un « faux nez », vu de Paris", explique Le Monde en soulignant que "cette fois-ci, la fondation privée a été jugée acceptable, même si les pouvoirs publics n'ont pas encore rencontré ses représentants".


Plusieurs candidats à la présidentielle dont Benoît Hamon et François Fillon et les souhaits des syndicats de STX Saint-Nazaire avaient pris position en faveur de la nationalisation provisoire.
 

"Période électorale"

 
"Je me doute bien que ce soir il ne peut y avoir que ce scénario-là qui sorte de la bouche de M. Sirugue", avait commenté auprès de l'AFP Sébastien Benoit, secrétaire général CGT à STX, faisant état de délais et de procédures qui rendent, selon lui, impossible une nationalisation.
           
Selon ce syndicaliste, "on est dans une période électorale, M. Sirugue va dire que l'État a obtenu les garanties nécessaires pour que le dossier soit finalisé avec Fincantieri". Mais du point de vue de la CGT, "il n'y a aucune garantie sur le maintien des emplois et un vrai plan d'embauche massif aux chantiers, comme c'est nécessaire, ni sur les investissements industriels".

Une "nationalisation italienne"

          
Pour Nathalie Durand-Prinborgne du syndicat FO, le montage annoncé par Christophe Sirugue "est une nationalisation italienne déguisée", car Fincantieri est contrôlée à 75% par l'Etat italien. "Cela ne nous convient absolument pas, ça ravive les craintes des salariés et que nous avons sur les carnes de commandes, les emplois en doublon", chez les deux groupes de construction navale.
 
Des informations de presse avaient fait état, la semaine dernière, d'une possible "nationalisation transitoire" des chantiers STX, où travaillent 2.600 salariés, si l'Etat ne parvenait pas à un accord satisfaisant avec Fincantieri.
 
Christophe Sirugue avait alors dit que l'État se gardait "toutes les possibilités d'intervention", alimentant les spéculations.
 

          
Même s'il avait répété que sa préférence allait à une reprise du dernier grand chantier naval français par un industriel européen, à condition qu'il ne soit pas majoritaire à lui tout seul.
           
Fincantieri, constructeur naval basé à Trieste et qui emploie 19 200 personnes dans le monde, est le seul candidat à avoir déposé une offre pour reprendre les chantiers STX France de Saint-Nazaire, filiale florissante du groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuliding en difficultés.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
chantiers de l'atlantique économie transports transports maritimes