Reconfinement : "quitte à être mis à poil", des artisans et commerçants de la région de Saint-Nazaire posent nus

Publié le
Écrit par Elodie Soulard

Des artisans et des commerçants ont trouvé une façon originale de protester contre la fermeture de leur entreprise dite non essentielle. Ils posent nus derrière un slogan. Ils sont une dizaine dans la région de Saint-Nazaire à s’être dévêtus devant l’objectif.
 


L’image. Un homme nu portant un panneau  où est écrit : " Quitte à être mis à poil par le gouvernement, je préfère le faire moi-même. #Artisans : première entreprise de France ".
Tout est parti de ce  cliché posté sur Facebook par Arnaud Gras, patron d’un studio photos dans l’Oise. C’était le 2 novembre.
" Ce mouvement a pour but de soutenir les commerçants, artisans, dits non essentiels, et pour dénoncer la fermeture de nos entreprises.  Je voulais le faire avec le sourire, pour faire aussi réfléchir les gens en cette période morose pour nous ", explique le photographe, qui a baissé le rideau pour cause de confinement depuis quinze jours.


Photo relayée sur les réseaux sociaux

Cette photo a  été relayée des centaines de fois sur les réseaux sociaux. Gwendoline Talbourdel est photographe en Brière. Installée depuis deux ans  à La Chapelle des Marais, la jeune femme a choisi de poser elle aussi en tenue d’Eve.
" La période d’avant Noël représente le trois quarts de mon chiffre d’affaire. Je travaille beaucoup avec les familles", précise la photographe. "  Il y a toutes les photos de naissance avec les décors de Noël que je ne peux plus faire, ainsi que les séances photos en maternité ", continue la jeune femme dépitée.
Lors du premier confinement, elle n’avait pas de réservation en mars. Pour celles d’avril et mai, les clients ont décalé leurs séances photos. Elle a donc limité la casse. "  Mais aujourd’hui, quand les clients  me demandent un rendez-vous en décembre. Quoi leur répondre. Je ne sais pas. L’avenir est un gros point d’interrogation.  L’Etat dit que nous ne sommes pas des commerces essentiels mais nous sommes essentiels pour nos familles. J'ai trois enfants ", prévient  Gwendoline.


Le sport est essentiel pour la santé, non ?

Maryline Bolotin est aussi dépitée. Elle ne sait pas quand sa salle de fitness à Pornichet pourra rouvrir. " J’espère le 4 janvier ".
Elle aussi a posé nue avec sa barre de Pole dance chez elle. "Je me suis dit pourquoi pas. Le sport, c’est essentiel pour la santé non ? " . Dans sa salle, elle accueillait des petits groupes de 5 personnes pour respecter les distances. " Je gardais mon masque pendant les cours. On faisait tout pour respecter le protocole sanitaire", précise la coach sportive.  Là, elle donne des cours virtuels, mais ce n’est pas pareil.

Margot Maury a aussi le moral dans les chaussettes. Au premier confinement, elle venait juste d’ouvrir son salon de prothésiste ongulaire à Savenay.  "Moi je ne peux pas faire de click and collect. Je ne peux rien vendre sauf des limes à ongles ! La période de Noël est super importante, avec les bons cadeaux ou les soins ". Elle a donc décidé de se mettre à poil, pour alerter.
Coiffeurs, esthéticiennes, agents immobiliers , ce mouvement fait tâche d’huile un peu partout dans la région et en France…