Saint-Nazaire : au bureau de presse des halles, Bernadette prend sa retraite

La quille pour Bernadette après avoir livré ou vendu des journaux pendant 55 ans à Saint-Nazaire. / © France Télévisions Christophe François
La quille pour Bernadette après avoir livré ou vendu des journaux pendant 55 ans à Saint-Nazaire. / © France Télévisions Christophe François

A 75 ans, Bernadette prend sa retraite. Voilà 55 ans qu'à Saint-Nazaire elle donne les nouvelles. Bernadette, c'est la vendeuse de journaux du marché des halles. De l'avis de tous, elle va manquer.

Par Olivier Quentin avec Christophe François

"Ben encore une flèche ! s'exclame Bernadette à propos d'un livreur qui vient de lui déposer des journaux. Si il livre tous les bureaux de tabac à cette vitesse..."

Un personnage Bernadette... 

"J'ai commencé la livraison des journaux en vélo à domicile en 1964 raconte Bernadette. Je livrais même pas cinquante journaux, c'était une toute petite tournée. J'ai fini avec une tournée de 600 journaux par matinée sur 90 km avec ma voiture."

Bernadette travaillait avec son mari. Au décès de celui-ci, comme il fallait assurer pour nourrir les quatre enfants, elle a en plus installé ses planches dans le couloir menant aux halles, en centre ville, dans les courants d'air, pour y vendre aussi des journaux.
 

Continuer pour améliorer une petite retraite

Et puis les placiers du marché lui ont laissé leur emplacement, un petit 2 m² à l'entrée où elle s'est installée. Là, elle a laissé tomber les tournées. Ses clients sont restés fidèles, elle les retrouvait avec plaisir à son kiosque, chaque mardi, vendredi et dimanche.

Qu'il pleuve, qu'il neige ou que ça santé lui fasse des misères.

Parce que Bernadette, c'est pas le genre à s'écouter. Trois cancers ! Une fois, elle est même venue vendre ses journaux avec la perfusion cachée dans la manche. Fille d'agriculteurs élevée au travail !

Mais bon, fallait bien arrondir la petite retraite d'artisan.

(un client arrive et prend un journal)

"Bonjour monsieur, un euro... et deux, voilà merci !"
 
Elle aurait bien continué Bernadette... / © France Télévisions
Elle aurait bien continué Bernadette... / © France Télévisions

"Avec les clients j'ai toujours gardé de bonnes relations, enchaîne Bernadette, c'est une clientèle multiple, le dimanche beaucoup de jeunes mais autrement, des personnes âgées. Faut être souriant, le sourire ça leur fait du bien."

Bernadette a adoré ce métier qu'elle juge très convivial.

"Vous avez des personnes qui n'ont presque rien et ce sont ceux-là qui sont les plus gentils. Ils ont toujours un mot pour rire. Ils sont toujours prêts à donner et ils apprennent aux autres à donner."
 

Toujours prête à donner un coup de main

Bernadette c'est un sourire et celle à qui on va demander un coup de main aux halles.

"Il m'est arrivé que des clients se fassent voler leur porte monnaie, je leurs prêtais des sous pour qu'ils fassent leur marché." 
 
Bernadette rend souvent service aux autres commerçants. C'est la seule qui a toujours de la monnaie. / © France Télévisions
Bernadette rend souvent service aux autres commerçants. C'est la seule qui a toujours de la monnaie. / © France Télévisions

Bernadette rend aussi service aux autres commerçants. C'est la seule à avoir toujours de la monnaie. L'autre jour, le poissonnier s'est coupé, elle a arrêté de servir pour lui faire un pansement.

(un autre client vient acheter son quotidien)

"Bonjour Bernard...Tu vas à la chasse demain ? Alors 2€20... je veux bien 20 centimes... au revoir Bernard, bonnes fêtes!"
 

"J'aurais bien continué..."

Ce sont ses enfants qui l'ont obligée à prendre sa retraite.

"Moi j'aurais bien continué précise Bernadette, mais mes enfants m'ont dit  : maman prends le temps de vivre, ça suffit, tu as assez travaillé !"

Bernadette fait de la marche nordique, du vélo et elle va à la piscine. Autant d'activités qu'elle espère bien continuer de pratiquer.

"Et j'ai beaucoup d'amis précise-t-elle. Ils sont plus agés que moi, c'est moi qui les emmène se promener."

Elle est comme ça Bernadette. Quand on aime rendre service...
 
Le reportage de Christophe François et Elodie Soulard










 

Sur le même sujet

Les + Lus