Agression homophobe à Angers : l'association Quazar lance un appel à témoins

Après une agression dont a été victime une personne homosexuelle à Angers, l'association Quazar, centre LGBTI+ lance un appel à témoins pour identifier l'agresseur et rappelle que les rencontres via des applications ne sont pas sans danger.

La victime a porté plainte auprès du commissariat d'Angers.
La victime a porté plainte auprès du commissariat d'Angers. © France Télévisions C. François

La victime n'a pas été blessée physiquement mais fortement choquée. Cet homme avait invité chez lui une personne dont il avait fait la connaissance via une application connue de la communauté homosexuelle. Une application spécialisée dans les rencontres comme il en existe beaucoup.

Mais ce vendredi 26 février, l'homme qui se présente à son domicile ne correspond pas au profil qui avait été affiché sur le site. C'est toujours un risque, avoir affaire à quelqu'un qui a menti sur son âge ou sur son physique, pour se présenter à son avantage. Désagréable mais courant.

 

"Il a menacé de décapiter sa victime"

Sauf que là, le subterfuge avait pour but de provoquer la rencontre pour faciliter une agression. 

La victime a été rapidement malmenée, son agresseur lui réclamant sa carte bleue et l'intimidant violemment.

"Il a menacé de décapiter sa victime si elle donnait l'alerte, rapporte l'association angevine Quazar, et lui a annoncé qu'il y avait  plein de petits PD à casser." 

La menace homophobe est claire et Quazar qui défend la cause des gays, lesbiennes et transexuels a lancé un appel pour identifier cet agresseur.

 

"Je veux juste que personne d'autre ne vive ce que j'ai enduré"

"Ce n'est pas du vol par opportunité, estime Stéphane Corbin, le président et référent du pôle juridique de l'association. Il a clairement ciblé des personnes homosexuelles sur un site car, dans son esprit, l'homosexuel est plus facile à voler, il a moins de capacité à se défendre, il est inférieur. Il considère que les homosexuels sont des sous-hommes."

Choquée, la victime a porté plainte le lendemain au commissariat d'Angers et sollicité l'association Quazar pour éviter que cela ne se reproduise. "Je veux juste que personne d'autre ne vive ce que j'ai enduré. J'ai vu ma vie défiler en un éclair" a-t-elle déclaré à l'association.

Il faut que les personnes qui auraient croisé ce type ou auraient été victimes d'actes similaires contactent Quazar, il ne faut pas laisser passer !

Stéphane Corbin

Ce genre de fait est semble-t-il rare à Angers mais il convient de se méfier reconnaît Stéphane Corbin. "Il faut être super prudent quand on reçoit quelqu'un qu'on ne connait pas chez soi, rappelle-t-il. Il y a un minimum de précautions à prendre."

Quazar lance donc un appel à témoins pour tenter d'identifier l'agresseur qui est, selon le témoignage de la victime, un homme entre 27 et 30 ans, de type européen, environ 1m90, sportif, avec des cheveux courts et des yeux clairs.

"Il faut trouver des éléments qui pourraient confondre l'auteur et stopper sa course car il ne va pas s'arrêter, craint Stéphane Corbin. Il pense bénéficier d'une totale impunité."

L'association incite toute personne susceptible d'aider à identifier l'agresseur à la contacter au 06 58 42 27 17 ou sur son adresse de courriel : juridique@quazar.fr.  Elle précise que l'anonymat est garanti, si demandé.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
homophobie société faits divers