Angers : la décision de céder la future Grande Mosquée au Maroc sème le trouble

La future Grande mosquée d'Angers pourrait accueillir près de  2500 fidèles. Ce qui en ferait la quatrième plus grande mosquée de France. Mais les travaux sont au ralenti depuis plusieurs années, par manque de financement. L'Association des Musulmans d'Angers a décidé de céder l'édifice au Maroc.
La mosquée d'Angers cédée au Maroc
La mosquée d'Angers cédée au Maroc © France 3 Pays de la Loire
Son dôme et son minaret s'élèvent dans le ciel angevin. Mais la Grande Mosquée est encore un vaste chantier, 5 ans après le début des travaux. 

2,5 millions d'euros ont été collectés par les fidèles mais il reste à réunir 4,5 millions.

Une somme que le Maroc se propose de verser. En échange, il deviendrait propriétaire de l'édifice.

L'association des musulmans d'Angers vient d'approuver cette cession, et cherche depuis à rassurer.
© Gwenaël Rihet
"Le Maroc est un vrai ami de la France assure Mokthar Hédia, le porte-parole de l'association des musulmans d'Angers, il a fait ses preuves dans d'autres financements de mosquées en France".

"Le Maroc prône un aujourd'hui un islam ouvert" ajoute-t-il "et un islam qui respecte les valeurs chères à la République Française".

Cette cession annoncée divise les fidèles. Les anciens présidents de l'association des musulmans d'Angers dénoncent une trahison.
© Florie Cotenceau


"Il y a plus de 15 nationalités dont les marocains bien sûr, précise Abdelhadi Nahli, collectif des fondateurs et anciens présidents de l'association des musulmans d'Angers, donc lorsqu'on vous dit on va donner la Mosquée à un Etat : Maroc, Algérie, Tunisie, tous les autres musulmans d'une autre origine vont le voir d'un mauvais oeil" analyse-t-il.

Une décision également vue d'un mauvais œil à la Mairie d'Angers.

Le Conseil Municipal a voté à l'unanimité contre la cession au Maroc au motif que la construction de la mosquée n'est pas encore achevée.

Christophe Béchu, le maire de la ville, y voit aussi un risque d'ingérence étrangère.

Céder ce terrain, ça n'est pas conserver une neutralité dont on a besoin sur notre territoire pour une pratique qui soit la plus apaisée d'un islam de France

Christophe Béchu - maire d'Angers

L'association des musulmans d'Angers se dit choquée par ce vote. Elle a sollicité un rendez-vous avec le Maire pour trouver une solution à ce dossier brûlant.

> Le reportage de notre rédaction
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société