Angers : que risquent les hackers qui ont piraté une pharmacie pour faire des faux pass sanitaires vendus 350 euros ?

Des hackers se sont introduits dans le système informatique d'une pharmacie à Angers. Ils auraient pu éditer près de 3000 faux pass sanitaires. Sept personnes sont en garde à vue. Contrefacteurs et acheteurs risquent 5 ans de prison et 75 000 euros d'amende.

 

C'est le pharmacien du centre commercial Saint-Serge à Angers (Maine-et-Loire) qui s'est aperçu de l'entrée de hackers dans son système informatique à la fin du mois d'aout dernier. Constatant un nombre de documents supérieur au nombre de vaccination réalisées, il a aussitôt porté plainte.  

Les pirates ont pu récupérer des certificats de vaccination et de tests antigéniques. Il a porté plainte et les enquêteurs de la police judiciaire n'ont pas tardé à identifier des personnes qui ont fait l'achat de ces faux pass sanitaires.

Sept acheteurs ont été identifiés, via les réseaux sociaux, ils ont acquis ces faux pass pour une somme de 350 euros selon le procureur de la République d'Angers. Les acheteurs résident en Maine-et-Loire et dans le département voisin d'Indre-et-Loire. À Tours, une femme a été entendue et placée en garde à vue. Elle sera jugée pour usage de faux documents.

Que risquent les fraudeurs ?

Le délit de faux ou d'usage de faux (bulletin de salaire, diplôme, arrêt maladie, etc) est puni de 3 ans de prison et de 45 000 € d'amende. La personne qui fabrique et utilise des faux documents risque les mêmes peines.

Si le faux document est un document délivré habituellement par une administration (carte d'identité, carte Vitale...), les peines sont de 5 ans de prison et de 75 000 € d'amende.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société covid-19 santé