Angers : Le prix Nobel de la paix, le Docteur Denis Mukwege, revient dans la ville où il a fait ses études de médecine

Publié le
Écrit par Sandrine Gadet avec Eric Aubron

On l'a surnommé "l'homme qui répare les femmes", ou "Docteur Miracle". Le docteur Denis Mukwege lutte depuis plusieurs décennies contre les violences sexuelles infligées aux femmes dans son pays, le Congo. Invité à l'occasion de la fête de l'Europe, comme artisan de la paix, le célèbre gynécologue revient à Angers, la ville où il a suivi ses études de médecine.

Dans cette ville qui l'a fait citoyen d'honneur, celui qui reçut en 2018 le prix Nobel de la paix pour son engagement contre les mutilations génitales faites aux femmes, retrouve un lieu et des visages familiers.

Car c'est ici, à la faculté de médecine, que Denis Mukwege a été formé à la gynécologie entre 1984 et 1989. À des milliers de kilomètres du Congo, là ou il est né et ou il n'a jamais cessé d'exercer.

Pour l'ancien étudiant, invité à l'occasion de la fête de l'Europe et au vernissage d'une exposition qui lui est consacrée, ce retour à la faculté est particulièrement émouvant.

"L'élève est devenu mon maître"

Près de 33 ans après avoir quitté les bancs de faculté, Denis Mukwege revient dans l'amphi pour donner une conférence. Dans l'auditoire, le Docteur Bernard Crezé, son professeur de l'époque se souvient de cet étudiant, qui sitôt formé, a découvert dans son pays les horreurs du viol comme crime de guerre.

L'ancien enseignant rend aussi hommage au combat que Denis Mukwege a choisi de mener, au péril de sa vie, en faveur des femmes victimes d'excision ou de viol. 

"L'élève qu'il avait été est devenu mon maître et j'ai développé avec lui un enseignement pour apprendre aux élèves congolais la chirurgie vaginale et la chirurgie gynécologique" 

Denis Mukwege a également trouvé du soutien avec l'association angevine France Kivu qui l'a aidé à créer un hôpital sur place à Panzi, et avec laquelle il entretient des liens très forts.

"Sans France Kivu, je ne saurais pas faire ce que je fais aujourd'hui. L'association continue de m'accompagner puisqu'il y a de jeunes médecins que je forme au Congo et qui viennent compléter leurs connaissances ici à Angers"

 Aujourd'hui prix Nobel de la Paix, le gynécologue plaide la cause des victimes de violences sexuelles à travers le monde. 

Les femmes commencent à dénoncer. Je crois que briser le silence c'est très important

Denis Mukwege

Prix Nobel de la paix 2018

"On ne peut pas continuer à lutter contre les crimes sexuels si on continue à les considérer comme un tabou. C'est comme si on disait aux femmes "souffrez et taisez vous", et ça ce n'est pas acceptable", estime Denis Mukwege.

L'infatigable docteur Mukwege a développé une prise en charge autant médicale que psychologique et sociale. Une approche face à la barbarie, plus que jamais d'actualité avec le conflit en Ukraine.

Une exposition photo, réalisée par Christophe Smets, retrace son combat et est exposée à l’Université et au centre hospitalier d’Angers.