Angers : une opération aux États-Unis pour guérir Louis, 8 ans, atteint d'aplasie

Une famille d'Angers se bat pour que son fils, atteint d'une anomalie congénitale rare, puisse de nouveau entendre.  Louis a 8 ans. Il  est né avec une oreille fermée.  Une solution existe... de l'autre côté de l'Atlantique, aux États-Unis.

Louis, 8 ans, est atteint d'aplasie.
Louis, 8 ans, est atteint d'aplasie. © France Televisions
Entre Louis et Romain, son frère jumeau, une seule différence. Une malformation du conduit auditif et du pavillon de l'oreille qui prive Louis du moindre son du côté gauche, depuis sa naissance. Cette anomalie, l'aplasie, toucherait en France un enfant sur 15 000...

"Quand il y a quelqu'un qui me parle, je n'entends pas forcément. Avec l'oreille droite oui mais pas avec l'autre", témoigne Louis, 8 ans.

Le garçon de 8 ans s'efforce de suivre une scolarité normale. Mais ce handicap complique régulièrement la vie en collectivité.

"Il peut avoir parfois une difficulté à se concentrer sur le travail dans un environnement bruyant, sonore, parce qu'il va avoir trop d'informations à traiter au niveau cérébral, explique Ludovic, le père du petit garçon, il n'y a qu'un seul hémisphère qui va travailler donc il va se mettre en sécurité, il va se mettre à rêver. Donc il va falloir rétablir le contact avec lui."
 
Seul un appareillage monté sur la branche des lunettes permet actuellement de réduire sa surdité. Un dispositif, fait à l'étranger, qui n'est plus remboursé. Mais la perspective d'une opération de reconstruction de l'oreille est venu offrir un espoir. Réalisée aux Etats-Unis, elle nécessite pour la famille de réunir 45 000 euros.
 

Il y a des handicaps qu'on ne peut pas corriger. Celui-là on peut le corriger donc notre c'est qu'il puisse entendre naturellement de ses deux oreilles. Je sais qu'en France la politique c'est d'appareiller, c'est de se dire que si on a une oreille qui fonctionne on peut appareiller l'autre pour compenser. Mais ça reste une compensation.

Claire, mère de Louis


Avec cette intervention, programmée dans un an, l'enfant aurait 80% de chance de récupérer une audition normale. Les parents de Louis ont donc créé une association, "L'Ouïe de Louis", non seulement pour récolter des fonds, mais également pour fédérer d'autres cas et faire entendre cette cause au niveau national. 
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter