Angers : une épicerie de quartier zéro déchets remporte le premier prix régional Talents des Cités

Zéro déchets et 100% réussite ! "Petits poids carottes" c'est le nom de cette épicerie située dans le quartier populaire de Belle-Beille à Angers qui a tapé dans l'oeil du jury du concours d'initiatives citoyennes "Talents des cités". Les deux co-gérants ont remporté le premier prix régional.

"On est une épicerie zéro déchets pour toutes les courses du quotidien" explique Adelaïde Rivereau qui cogère le lieu.

"En général c'est souvent en centre-ville mais pas dans les quartiers, c'est vrai que c'est une offre nouvelle" souligne-t-elle.

Avec Pierre Legeay, l'autre créateur de ce commerce, ils ont ouvert P'tits Poids Carottes en décembre 2020.

"Nous on habite ici et c'est important de participer à la dynamique de ce quartier-là" explique Pierre Legeay.

P’tits Poids Carottes c'est à la fois une épicerie zéro déchet qui propose tous les produits du quotidien vendus en vrac. 

Mais aussi un lieu de vie avec un espace café / cantine qui accueille des ateliers.

Le tout à un prix très abordable pour que tous les habitants du quartier puissent y accéder.

Vu qu'on propose des produits qu'on travaille soi-même, ça force à cuisiner et du coup, bout à bout, ça ne coute pas plus cher qu'en grande surface

Adelaïde Rivereau - cogérante de P'tits Poids Carottes

Adélaïde Rivereau et Pierre Legeay ont obtenu un prix de 2000 euros dans le cadre du concours Talents des Cités.

Cette somme leur a permis d'investir dans une remorque vélo-cargo pour la livraison des paniers de légumes et de fruits bio.

Les deux tiers des fournisseurs de l’épicerie sont issus des Pays de la Loire.

"On est persuadé que si on installe ce type de commerce là où vivent les gens ils vont s'y mettre petit à petit" assure Pierre.

"Plus de la moitié de la clientèle vient du quartier ou du quartier voisin de Lac de Maine. Dans cette clientéle plus de la moitié ne connaissait pas le vrac et ils s'y mettent grâce à nous" détaille Pierre Legeay.

Plusieurs clients croisés dans la boutique lors du reportage confirment le bien-fondé de la démarche comme cette étudiante : "c'est bio quelques fois c'est vegan, ça fait du bien d'avoir quelque chose de nouveau"

Ou encore cette nouvelle habitante du quartier : "On prend beaucoup les fruits et légumes avec le vrac et c'est nos grosses courses en fait" explique t-elle.

Egalement engagés socialement, les deux gérants proposent des animations gratuites pour que les personnes isolées à faible revenu puissent partager des moments de convivialité.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie solidarité société