Coronavirus : Angers, Emmanuel Macron chez le fabricant de masques Kolmi, "Vous êtes une partie des solutions"

Le président Emmanuel Macron est en visite ce mardi 31 mars dans une usine de la région angevine qui produit des masques sanitaires. 
Le président Macron en visite chez Kolmi Angers en pleine crise du coronavirus, le 31 mars 2020
Le président Macron en visite chez Kolmi Angers en pleine crise du coronavirus, le 31 mars 2020 © LOIC VENANCE / POOL / AFP
Le président Macron est ce mardi à l'usine de masques de la PME Kolmi-Hopen, le plus gros des quatre producteurs français.

"Ce que fait l'entreprise, on en a besoin" a lancé le chef de l'Etat en visite dans l'usine angevine, "vous êtes une partie des solutions".

Dans son discours, le président l'a assuré "nous allons continuer à produire plus de masques", pour les soignants, mais aussi "les salariés de deuxième ligne", ceux de la grande distribution notamment.

"A toutes les professions qui sont aujourd'hui exposées, il est impossible de leur promettre des masques qui sont aujourd'hui réservés aux soignants. Mais nous aurons d'autres catégories de masques différents, pour fournir des masques à toutes ces professions".

Concernant les respirateurs, "Nous avons passé de nombreuses commandes, nous importons", a souligné le président Macron, ajoutant "mais nous avons la chance d'avoir plusieurs producteurs européens et un français".

"Nous avons un producteur, Air Liquide, qui les produit à Antony", "un consortium industriel français vient de se créer autour d'Air Liquide pour créer d'ici mi mai, 10 000 respirateurs lourds comme légers". Ce nouveau consortium regroupera Air Liquide, Valeo, PSA et Schneider Electric.
 

"Souveraineté et solidarité"

Pour ce qui est du gel hydroalcoolique "qui fait aujourd'hui partie de notre quotidien", "nous avons décuplé notre production de 40 000 litres jour à 500 000 litres jour".

"Afin de financer tout ça, le gouvernement apporte une contribution de 4 milliards d'euros à Santé publique France pour passer ces commandes de masques, de respirateurs et de médicaments",
a indiqué Emmanuel Macron.

"Pour mener ce combat contre le virus, dans un contexte où toutes les certitudes sont balayées, nous allons monter en volume, embaucher, créer de nouvelles capacités de production", a-t-il poursuivi, précisant vouloir privilégier la production française.

"Le jour d'après ne ressemblera pas au jour d'avant. Nous devons rebâtir notre souveraineté nationale et européenne", "souveraineté et solidarité. C'est cette France unie à laquelle je crois", a conclu le chef de l'Etat.
 

Une production 24h/24, 7 jours sur 7

L'usine Kolmi, située à Saint-Barthélémy-d'Anjou, près d'Angers, produit des masques FFP2 et chirurgicaux. Elle tourne désormais 24 heures sur 24 pour accroître sa production.

"On ne peut pas augmenter la vitesse comme on le souhaiterait", nous avait expliqué Gérald Heuliez, directeur général de Kolmi-Hopen, fin février. "On ouvre juste beaucoup plus d'heures machine disponibles et donc on travaille 24 heures sur 24, 7 jours/7", avait-il précisé. Depuis février, la production de masques de l'usine Kolmi a quintuplé, 35 salariés supplémentaires travaillent pour assurer les cadences. 

60 entreprises du bassin d'emploi angevin ont proposé du personnel à Kolmi. Certains de ces salariés travaillent, à l'origine, pour le groupe Scania qui a dû suspendre son activité à cause de l'épidémie de coronavirus. Kolmi Angers affiche une production d'un million de masques par jour. 

La hausse de la production dans les quatre entreprises françaises de masques va permettre de porter la production nationale de 15 millions à 40 millions de masques par mois courant avril. Mais les besoins pour le personnel soignant et les Ehpad sont évalués à 40 millions par semaine, a souligné l'Elysée.
 

Un milliard de masques

Pour répondre aux besoins, la France a commandé un milliard de masques et organise un "pont aérien" avec la Chine.

Une première livraison de 8,5 millions de masques est arrivée lundi en France, sous haute surveillance.

Selon l'Elysée, une seconde livraison de Chine de 12 millions de masques est attendue mercredi.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société emmanuel macron politique