Coronavirus : au Lion d'Angers, un cas positif de Covid-19 dans un abattoir

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fabienne Béranger
Un cas positif de Covid-19 dans l'abattoir Elivia du Lion d'Angers
Un cas positif de Covid-19 dans l'abattoir Elivia du Lion d'Angers © France Televisions - Jérémy Armand

Un prestataire de l'abattoir Elivia du Lion d'Angers, dans le Maine-et-Loire, a été testé positif au nouveau coronavirus. Son équipe doit être testée au Covid-19 dès ce vendredi.

Un prestataire de l'abattoir Elivia, situé au Lion d'Angers dans le Maine-et-Loire, a été testé positif jeudi au Covid-19. Il a fait réaliser ce test à titre personnel. Terrana, propriétaire de l'abattoir, va faire tester 34 collègues de ce salarié.

"Dans un contexte où les autorités de santé alertent depuis quelques jours sur une résurgence des cas de covid sur le territoire national, nous avons appris le 16 juillet qu'il y avait un cas positif au sein des effectifs d’un prestataire de l’atelier de découpe de notre site du Lion d'Angers. La personne concernée n’est pas venu travailler sur le site depuis le vendredi 10 juillet", précise Elivia.
Ce salarié travaille dans l'un des deux ateliers de découpage du site Elivia, c'est lui qui a prévenu la direction du site, qui a aussitôt alerté l'Agence Régionale de la Santé des Pays de la Loire.

A l'issue d'une réunion jeudi entre ARS et Elivia, il a été décidé de ne pas faire de test sur les salariés de l'équipe du matin, les locaux étant nettoyés entre le passage des deux équipes.

Les 34 salariés de l'équipe de l'après-midi, collègues du cas positif de Covid-19, vont être testés, quant à eux,  dès ce vendredi 17 juillet sur site.

Les résultats des tests sont attendus lundi prochain.

500 personnes travaillent sur le site. 2 400 bovins y sont abattus chaque semaine.
 

Les abattoirs appréciés du Covid-19 ?

Ce cas positif au Lion d'Angers n'est pas le premier parmi les personnels d'un abattoir. Plusieurs d'entre eux sont sous surveillance dans notre région pour cas de Covid-19 chez ses employés.  Début juillet, François Meurens, professeur en immunologie et virologie à l'Ecole Vétérinaire de Nantes, nous expliquait que la température et l’humidité sont parmi les facteurs de risques particuliers aux abattoirs.

"Déjà ce sont des lieux qui le plus souvent sont clos. Ensuite ce sont des endroits où l'atmosphère est froide, ne serait-ce que pour la bonne conservation de la viande". (NDLR: il fait en moyenne quatre à huit degrés dans un abattoir).

"Enfin ce sont des endroits où on utilise pas mal d'eau pour le nettoyage des surfaces notamment. Ces deux éléments, le froid et l'humidité, sont favorables à la persistance du virus dans l'environnement".

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.