Environnement : réparer plutôt que jeter, une démarche de plus en plus répandue

Illustration/Des objets du quotidien dans une recyclerie / © RIEDINGER Philippe/PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN
Illustration/Des objets du quotidien dans une recyclerie / © RIEDINGER Philippe/PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN

Signe d’une prise de conscience collective, de plus en plus de consommateurs poussent la porte des magasins de seconde main. Et pourquoi-pas réparer soi-même les objets tombés en panne.

Par Fabienne Even

Recycleries, ressourceries, on en trouve aujourd’hui dans toutes les villes, comme un signe d’une prise de conscience de nos modes de consommation. Refusant l’obsolescence programmée, les consommateurs choisissent parfois de réparer ou de faire réparer des objets du quotidien plutôt que de les jeter à la benne.

Se servir de trois objets définitivement hors-service pour en fabriquer un nouveau ! C’est le pari d’une entreprise d’insertion d’Angers.

Choix écologique mais aussi financier, la seconde main semble avoir de beaux jours devant elle.

► Notre reportage

La seconde vie des objets du quotidien

Sur le même sujet

La Roche-sur-Yon : des parents d'élèves se mobilisent contre l'expulsion d'une famille albanaise

Près de chez vous

Les + Lus