"J'adore sillonner les routes de campagne", Sandrine et son épicerie mobile redynamisent les communes rurales

Les communes rurales sont de plus en plus privées de commerces et services. En Pays de la Loire, certains se mobilisent pour relancer cette proximité. Sur les routes du Maine-et-Loire, vous avez peut-être aperçu Sandrine et son épicerie mobile qui proposent de nombreux produits à tous ceux qui peuvent se sentir isolés.

Les routes des Hauts d'Anjou, Sandrine Reiss les connaît par cœur désormais. Au volant de son épicerie ambulante, elle parcourt chaque semaine environ une centaine de kilomètres.

"J'adore sillonner les routes de campagne pour aller de commune en commune, se réjouit-elle, pour aller servir les habitants qui m'attendent".

Et à Tiercé, ce sont les résidents d'un foyer logement qui l'attendent, plutôt convaincus d'ailleurs par sa démarche.

"Très bonne initiative. Et puis moi, ça me permet de ne pas aller à la grande surface, je ne dirai pas son nom... mais j'y vais quand même de temps en temps", raconte l'un d'entre eux.

"De les voir arriver à mon camion, ça résume en fait que le projet était nécessaire à certains endroits", explique Sandrine.

Un projet de mini marché

Après avoir travaillé plusieurs années dans le secteur du BTP puis dans un EHPAD, la quadragénaire tente une nouvelle reconversion professionnelle en ouvrant son épicerie itinérante. 

Objectif : alimenter les villages privés de courses en fruits, légumes, conserves, produits d'hygiène, sans oublier les saveurs locales.

"Au début, je n'en faisais pas, mais ça a été à la demande des clients. Ils ont commencé par me demander du miel, je n'avais pas de miel local. Donc j'ai commencé avec le miel local de Tiercé" et ensuite, Sandrine a amélioré le quotidien avec le fromage et la charcuterie.

Des idées pour l'avenir, Sandrine Reiss en a quelques-unes, comme celle de mettre en place des mini marchés et ainsi tenter de redynamiser ces communes rurales.

Les difficultés des commerces en milieu rural

D’après des données de l’Insee, en 2021, plus de 21 000 communes en France ne disposaient d’aucun commerce, soit 62 % contre 25 %, en 1980. 

Selon l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), mise en place le 1er janvier 2020 pour notamment mettre en œuvre des projets de territoire, "le déclin commercial observé dans ces communes essentiellement rurales, déjà confrontées à des fragilités structurelles (décroissance démographique, vieillissement de la population…), accentue leur perte d’attractivité."

Face à ce déclin, le Gouvernement a souhaité lancer un dispositif de soutien à l’installation de commerces "dans des communes qui en sont dépourvues ou dont les derniers commerces ne répondent plus aux besoins de première nécessité de la population".

Ce dispositif vise à apporter un soutien à l’installation d’un commerce sédentaire multiservices situé dans une commune rurale ou d’un commerce non sédentaire dont la tournée hebdomadaire prévoit un nombre minimal de jours de passage dans des communes rurales.

Avec Laura Striano

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv