Ponts trop longs, météo capricieuse, en Anjou, des vacances de printemps moroses pour les professionnels du tourisme

durée de la vidéo : 00h01mn46s
Dans le Maine-et-Loire, un début de saison plutôt timide. C'est le constat dressé par plusieurs professionnels du tourisme. La faute a une météo morose qui perturbe les réservations du côté de l'hébergement, mais également de celui des activités. ©France Télévisions

Début de saison en berne pour les professionnels du tourisme en Anjou... La faute à la météo, mais aussi au calendrier de jours fériés, moins favorable que prévu.

Pour les professionnels du tourisme en Anjou, ça n’est pas tout à fait les vacances rêvées... Avec une météo en dents de scie et des températures pas vraiment estivales, les touristes ne sont pas aussi nombreux qu’espérés dans la région.  

Pas grand monde au camping 

À Durtal, dans le Maine-et-Loire, tout près du Zoo de la Flèche, Marie-Line et son mari sont venus passer quelques nuits dans le camping Les Portes de l’Anjou, où le couple a ses habitudes.

Dans leur mobile-home, au moins, ils peuvent se mettre à l’abri en cas d’averse, et tant pis si les vacances ne sont pas trépidantes. ”La météo, on ne peut absolument rien y faire, on fait avec et puis c’est tout... quand il fait soleil on est dehors, quand il pleut, on est dedans, et puis voilà", relativise la retraitée.

Pour Sophie Saulay, la propriétaire du camping, c’est plus difficile de rester philosophe. La gérante observe que “les gens vont plus venir trois quatre jours plutôt que la semaine complète sur les vacances scolaires”.

Une tendance qui ne fait pas vraiment ses affaires : la fréquentation du site a diminué pendant ces vacances par rapport aux autres années. À l’exception de l’ascension et le 8 mai, où le camping affichera quasi-complet.

“Tout le monde s’est mis sur ce pont-là et la semaine complète, on va avoir beaucoup de monde sur cette semaine-là par contre au détriment du 1ᵉʳ mai où il ne va pas se passer grand-chose ici, et on a encore de la place pour la Pentecôte”, explique la propriétaire du camping.  

Dans les hôtels, même son de cloche 

Si, de prime abord, on pouvait penser que ces jours fériés et ponts sont une aubaine pour les professionnels du tourisme, la réalité est différente dans les carnets de réservation. Dans son hôtel, Alain Sabatier, président de la branche hôtellerie de l’UMIH 49, observe, lui aussi, une baisse de la fréquentation.  

“Cette année par rapport à 2023, il y a de plus grands ponts, on pourrait presque dire des aqueducs tellement ils sont longs, ça fait qu’on a peu de clients business puisqu’en fait pendant ces périodes de vacances ou de ponts les entreprises ne travaillaient pas donc elles ne viennent pas chez nous pour du séminaire”, déplore l’hôtelier.

Un manque à gagner côté professionnels, mais aussi côté touristes, là-encore, d’après le président, à cause de la météo.

Nous sommes pourtant sur le parcours de la Loire à vélo mais pour le moment les clients vélo se font attendre... comme le soleil !

Alain Sabatier

Président de la branche hôtellerie de l’UMIH 49

Les guinguettes attendent le retour du soleil

D’autant plus tributaires de la météo, à Angers, les guinguettes installées au bord de l'eau sont, elles aussi, à la peine. Le Héron Carré, point de ralliement de nombreux jeunes angevins à l’heure de l’apéritif en bord de Maine, a rouvert ses portes fin mars.

Mais là-encore, Vincent Salva, co-gérant du bar, observe que le début de saison est timide. “De toute façon là il ne fait pas beau, vacances ou pas vacances, s’il pleut on ne voit personne, c’est normal”...  

Bonne nouvelle pour le tourisme en Anjou, Météo France annonce une semaine de l’Ascension nettement plus chaude et ensoleillée.  

Carla Butting avec Laura Striano

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv