Double agression mortelle à Cholet : la suspect a été hospitalisé

L'homme interpellé samedi, qui a reconnu en garde à vue avoir tué deux personnes et avoir blessé grièvement une troisième à Cholet, dans le Maine-et-Loire, a été "hospitalisé sous contrainte", a indiqué le parquet lundi. 

Jusque tard dans la soirée, la police scientifique a procédé à des investigations rue Delacroix à Cholet après l'agression qui a fait deux morts et une blessée grave
Jusque tard dans la soirée, la police scientifique a procédé à des investigations rue Delacroix à Cholet après l'agression qui a fait deux morts et une blessée grave © Sandrine Gadet / France Télévisions
"Le suspect a été hospitalisé sous contrainte", en service psychiatrique, a fait savoir lundi soir 16 novembre Eric Bouillard, le procureur de la République d'Angers.

L'homme de 35 ans, s'est dit "guidé par Dieu pour agir" lorqu'il a croisé samedi après-midi, un peu à l'écart du centre-ville de Cholet, deux personnes âgées. "Dieu lui aurait dit qu'il fallait s'en prendre à eux, ce qu'il a fait, et il est rentré chez lui", selon le procureur. L'homme de 82 ans décèdera tandis
que la femme âgée de 81 ans a été grièvement blessée.  
    
Ensuite, "Dieu, le Dieu catholique, lui aurait dit qu'il fallait aussi s'en prendre à un autre, il est descendu et la première personne qu'il a croisée, c'est la troisième victime, et le deuxième décédé", a relaté Eric Bouillard.    Puis, le suspect "rentre à son domicile, il nettoie un peu chez lui, comme il l'avait déjà fait entre les deux agressions, et s'allonge dans le canapé et il attend". Il sera interpellé vers 18 heures par les forces de l'ordre. Des traces de sang "importantes" sont retrouvées à son appartement. 
 

Un "déchaînement de violence"

Au début des investigations, les enquêteurs ont cherché l'arme du crime qui pouvait être un "objet contondant". Mais, selon les déclarations du suspect en garde à vue, il aurait agi à mains nues et avec ses pieds. 
    
Un scénario qualifié de "plausible" par le procureur, qui évoque un "déchaînement de violence", lequel a causé "des blessures multiples sur le visage des victimes".
    
Le mis en cause dit avoir fait un "burn out" et affirme avoir travaillé comme commercial à Cholet il y a quelques années. "Il a fait l'objet d'une hospitalisation sous contrainte pendant un an et en serait sorti l'été dernier", d'après le procureur d'Angers.
    
Les voisins le connaissaient "comme étant quelqu'un d'un peu perturbé", a précisé le procureur. L'homme était connu pour des délits de droit commun. Il encourt une peine de prison à perpétuité.
    
Les trois victimes n'ont pas de lien avec le suspect, selon l'enquête. L'homme de 63 ans tué n'habitait pas dans le quartier mais était présent car il envisageait de louer un appartement dans l'immeuble, d'après la même source. Une autopsie des deux victimes doit être pratiquée ce mardi.
    
L'affaire est en cosaisine police judiciaire et sûreté départementale. Le procureur d'Angers exclut tout acte terroriste.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société