Cinéma : dans le Maine-et-Loire, un tournage en mode coronavirus et gestes barrières

Dès le premier confinement, le directeur général du festival Premiers Plans d'Angers s'interrogeait :"comment les acteurs vont-il faire pour s'embrasser ?" Le cinéma souffre, et pas seulement dans les salles, lors des tournages aussi. Un exemple sur la réalisation d'un court-métrage dans les Mauges.
Les tournages de films sont autorisés mais en respectant les consignes sanitaires.
Les tournages de films sont autorisés mais en respectant les consignes sanitaires. © 48° Rugissants
Le court-métrage fera environ 23 minutes. Il est produit par Les 48° Rugissants, une société basée à Brest et spécialisée dans les documentaires. Mais là, il s'agit d'une fiction, coproduite notamment par France 3, avec des aides financières de la région Pays de la Loire.

"L'ombre des corbeaux" raconte l'histoire d'une petite fille d'une famille d'exilés argentins dans les années 80 qui découvre que son père porte des traces de blessures. Elle veut savoir pourquoi et mène son enquête. 

Le tournage, commencé le 26 octobre, avant-veille du reconfinement, se terminait ce 4 novembre dans une grande maison située dans les Mauges, à La Pommeraye, dans le Maine-et-Loire. 
 

Un référent covid rappelle les consignes

Sur place, une vingtaine de personnes dont les quatre comédiens (deux adultes et deux enfants) et la réalisatrice Elvira Barboza

"On n' a pas réduit l'équipe, explique la productrice Adeline Le Dantec. Mais on a été vigilant sur les demandes de stage." Et sur le plateau, on tâche de respecter tant que faire se peut les consignes sanitaires. Les tournages sont autorisés mais le port du masque reste la règle, sauf pour les comédiens lors des prises bien sûr.

Un référent Covid a été désigné, c'est le régisseur adjoint qui se charge, régulièrement, de rappeler les consignes. 
 

Heureusement, les comédiens ne se touchent pas énormément.

Elvira Barboza réalisatrice


"C'est contraignant, reconnaît la réalisatrice hispano-argentine Elvira Barboza. On porte le masque tout le temps, je dois crier pour me faire entendre des comédiens, c'est fatiguant. J'ai l'impression de crier tout le temps."
 
La réalisatrice Elvira Barboza donnant ses consignes de jeu aux acteurs.
La réalisatrice Elvira Barboza donnant ses consignes de jeu aux acteurs. © 48° Rugissants

Les scènes ne prévoient pas beaucoup de contacts physiques entre les comédiens, ça facilite les choses. La petite fille est la fille de la réalisatrice, le garçon est le fils d'une amie d'Elvira et le couple est également composé d'adultes qui se connaissent. C'est sans doute plus rassurant dans ce contexte de crise sanitaire et de tensions.
 

Le nettoyage prend du temps

Pour se protéger de cette actualité angoissante, la réalisatrice s'est coupée du monde extérieure. "J'ai eu une grande peur que le tournage s'arrête" confie-t-elle. Elle compte sur les membres de l'équipe pour lui faire un "condensé des news" qu'elle ne veut pas écouter elle-même. 

Le masque, l'équipe s'y est habituée. Les comédiens l'enlèvent avant les prises mais le plus contraignant, c'est le temps de nettoyage imposé. "Il faut tout nettoyer souvent déplore Elvira, ça nous enlève du temps". Et sur les tournages, le temps est particulièrement compté.

Aucun test covid n'a été demandé à l'équipe mais chacun doit surveiller sa température. 

Après les scènes réalisées à la Pommeraye, il y aura encore des séquences d'animation à ajouter, le montage, mixage... "L'ombre des corbeaux" devrait être disponible courant mars 2021. A découvrir dans la case "Libre court" sur France 3.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture coronavirus/covid-19 santé société