Élections sénatoriales : dans le Maine-et-Loire, la droite reprend l'avantage sur la gauche

De gauche à droite, de bas en haut : Catherine Deroche (Les républicains), Emmanuel Capus (LR "constructif", investi par LREM), Stéphane Piednoir (LR) et Joël Bigot (divers gauche). / © Twitter
De gauche à droite, de bas en haut : Catherine Deroche (Les républicains), Emmanuel Capus (LR "constructif", investi par LREM), Stéphane Piednoir (LR) et Joël Bigot (divers gauche). / © Twitter

Dans le Maine-et-Loire, où neuf listes se disputaient les quatre sièges à pourvoir, la droite est parvenue dimanche à en conserver deux contre un seul à la gauche, le candidat soutenu par La République en marche, un élu d'Angers LR « constructif », remportant le dernier siège en jeu.

Par AFP

https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/elections-senatoriales-quatre-reelections-loire-atlantique-1334523.htmlSeule sénatrice sortante candidate à sa succession, Catherine Deroche (LR) est réélue sans surprise. Sa liste arrive en tête avec 559 voix, soit 28,74% des suffrages exprimés, permettant à son colistier, Stéphane Piednoir, maire Les Républicains de Montreuil-Juigné, de faire son entrée au Palais du Luxembourg.

Successeur de Christophe Béchu


Un temps pressenti pour figurer en position éligible sur la liste LR avant d'être désigné tête de liste par le parti de la majorité présidentielle, le « constructif » Emmanuel Capus décroche la deuxième place, avec 346 voix (17,79%). Cet ancien soutien de François Fillon à la présidentielle succède au Sénat au maire LR d'Angers, Christophe Béchu, dont il est l'adjoint depuis 2014.

Bâtie en réaction à l'investiture de M. Capus, la liste conduite par le centriste Jean-Charles Prono, soutenue par le MoDem, recueille 11,05% des suffrages exprimés, un score néanmoins insuffisant pour obtenir un siège de sénateur.


© Twitter; Sénat.fr
© Twitter; Sénat.fr

Pas de sénateur socialiste


La gauche, qui avait réussi à envoyer deux représentants au Sénat il y a six ans, une écologiste et un socialiste, ne sauve qu'un seul siège. Le maire socialiste des Ponts-de-Cé, Joël Bigot, récolte 13,37% des voix et devient sénateur, sans l'investiture du PS qui lui avait préféré Sophie Foucher Maillard pour mener la liste d'union avec EELV (5,91%).

Quatre autres listes étaient en course. Celle de l'adjointe au maire de Cholet, Isabelle Leroy (UDI), déjà candidate en 2011, obtient 12,08% des suffrages. La liste divers droite conduite par le président de l'association des maires ruraux de Maine-et-Loire, Adrien Denis, recueille 6,99% des voix.

Les listes communiste et Front national ferment la marche, avec respectivement 2,57% et 1,49% des voix.


►Les résultats en Loire-Atlantique
►Les résultats en Mayenne

(la Sarthe et la Vendée ne sont pas concernées par le scrutin de 2017)

Sur le même sujet

Vendée : le Roller-derby

Les + Lus