Déconfinement: le directeur du Conservatoire de Mayenne interpelle Roselyne Bachelot, la Ministre de la Culture

Dans un courrier envoyé le 3 décembre, le directeur du Conservatoire de Mayenne demande à la Ministre de la Culture un nouveau protocole sanitaire pour rouvrir les Conservatoires fermés depuis début novembre. Les élèves de danse et de chant ne pourront pas rendre leurs cours au 15 décembre.
les cours au Conservatoire de Mayenne doivent reprendre le 15 décembre 2020
les cours au Conservatoire de Mayenne doivent reprendre le 15 décembre 2020 © Julien Beaudet - L'atelier Photo Mayenne
Dans sa lettre intitulée "Déconfinement déconcertant", Jean-Christophe Bergeon exprime son incompréhension pour lui-même et son équipe enseignante.

"Maintenir nos activités avec l’Education Nationale et les interdire dans les Conservatoires a créé un profond sentiment d’injustice auprès des enseignants" écrit le directeur du conservatoire de Mayenne.

En effet, depuis le 2 novembre dernier, les conservatoires restent fermés alors que les établissements scolaires sont eux ouverts.

Une différence qui s'explique car les conservatoires sont classés par le Ministère comme des lieux "d'activité extra-scolaire".

 


870 élèves et 33 professeurs

Ce conservatoire, situé au nord du département de la Mayenne, accueille 870 élèves sur deux sites (Mayenne et Lassay-les-Chateaux) pour une équipe enseignante de 33 professeurs.

"Toute les actions musique et danse que l'on peut faire à l'école primaire ont été maintenues", explique Jean-Christophe Bergeon.

"Par exemple, si on prend la classe-orchestre du collège Sévigné (NDLR: à Mayenne) où il y a des instruments à vent, il y a 9 professeurs qui vont chaque semaine dans l'établissement donner des cours de flûte, de cors, de percussions, de hautbois, de trompette, etc"

Tous ces cours donnés de manière collective sont maintenus alors que les cours individuels en Conservatoire, eux, sont annulés.

Ce qui suscite, de la part du directeur, beaucoup d'incompréhension.

"Ce sont des cours qui sont donnés en collectif dans des établissements scolaires où il y a beaucoup de passage, de brassage", souligne le directeur du Conservatoire, "et là où le virus circule plus facilement que dans un Conservatoire où l'on peut accueillir les élèves en cours individuel".

Dans sa lettre envoyée à Roselyne Bachelot, Jean-Christophe Bergeon enfonce le clou,"Les collectivités ont investi dans des plexiglass, du gel hydro-alcoolique, des produits désinfectants, des masques… Chaque structure a mis en place un protocole strict assurant la sécurité de tous.".

Et de réclamer un retour rapide au cours en présentiel, indispensable car les outils numériques, s'ils  sont une aide précieuse, ne peuvent remplacer la présence en face à face avec l'élève, surtout dans des disciplines artistiques où le geste, l'accompagnement individuel sont primordiaux.


Retrouver la motivation pour les élèves

Ainsi Florence Nouveau, professeur de danse moderne et jazz au Conservatoire de Mayenne se désespère de retrouver ses 70 élèves... au Conservatoire.

"Effectivement je vais donner des cours en classe de maternelle et de primaire, et malheureusement au sein du Conservatoire on ne peut pas accueillir les élèves", explique l'enseignante.

"On est prêt à reprendre les cours avec toutes les précautions possibles", assure Florence Nouveau, "on adaptera l'activité car il est vrai que si on a le masque il sera difficile d'aller sur du cardio intensif mais l'important c'est qu'on revoit nos élèves pour retouver la motivation, l'envie et le plaisir".

Difficile en effet de motiver un jeune élève à pratiquer assidument son instrument, son chant ou ses pas de danse uniquement avec des cours virtuels.

" De notre côté on essaie de faire notre possible pour offrir une continuité pédagogique malgré tout", ajoute la professeur de danse moderne et jazz. 

"Sur internet on fait des vidéos, on essaie d'envoyer des extraits mais on n'a pas forcément le retour de tous les élèves. On a peur d'en perdre une partie parce qu'il n'y a plus l'effet de l'ambiance de groupe", assure-t-elle.

Déjà, suite au premier confinement, elle a constaté une baisse de 10 à 15% du nombre d'élèves en danse.

La situation a aussi des conséquences financières générales pour le Conservatoire dont le directeur estime avoir déjà perdu "30% de recettes annuelles", soit environ 60 000 euros.
L'indispensable lien entre un élève et son professeur pour l'apprentissage artistique
L'indispensable lien entre un élève et son professeur pour l'apprentissage artistique © Julien Beaudet - L'atelier Photo Mayenne
 

"Nous formons les citoyens de demain"

Cette lettre du directeur du Conservatoire de Mayenne est plus généralement un cri du coeur de la part d'un secteur, celui de la culture, qui s'estime oublié dans cette période.

"Je comprends l'Etat qui dit : on préserve l'économie. On travaille, on consomme d'accord" analyse Jean-Christophe Bergeon, "mais la culture n'est pas mise sur un pied d'égalité avec celà, et c'est dommage".

Une société sans culture ne survivra pas car la culture c'est le seul moyen d'évasion en ce moment

Jean-Christophe Bergeon - directeur du Conservatoire de Mayenne

Et de souligner dans sa lettre un autre paradoxe : à la réouverture (espérée) du 15 décembre tous ses élèves ne seront pas logés à la même enseigne.

"Pourquoi interdire aux cours de chant de reprendre en individuel ? Pourquoi attendre le 20 janvier pour le retour des élèves danseurs dans les Conservatoires alors que le sport collectif en salle reprendra le 15 décembre pour les mineurs ? Il est indispensable que ces cours puissent reprendre en présentiel dès le 15 décembre."

Le directeur du Conservatoire demande enfin "un nouveau protocole" et implore "de grâce permettez aux chanteurs (-euses) et aux danseurs (-euses) de réintégrer dès le 15 décembre nos établissements d’enseignement artistique".

Le Ministère de la Culture que nous avons sollicité pour connaitre son point de vue n'a pas encore répondu à nos questions.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture déconfinement société danse musique