Arnaque en ligne : attention aux mails frauduleux concernant des faits de pédopornographie ou de cybercriminalité

De nombreux internautes ont eu, ces derniers jours, la désagréable surprise de se voir accusés d'être des pédopornographes ou des cybercriminels via des messages envoyés dans leur boite mail. La gendarmerie nationale se mobilise sur les réseaux sociaux pour dénoncer ces mails frauduleux.

Forcément ça fait un choc, quand on reçoit un message émanant soi-disant d'Europol et de la Gendarmerie Nationale, qui vous convoque pour des faits de pédopornographie ou de cybercriminalité.

Ne vous y trompez pas, c'est une arnaque vieille comme les réseaux sociaux et qui ressort régulièrment pour pourrir les boites mails !

Ces derniers jours, les brigades de gendarmerie de plusieurs départements ont donc largement communiqué sur leurs pages Facebook pour démonter cette arnaque, en apportant quelques précisions.

Ces mails frauduleux visent en fait à amener l’internaute à payer une "amende" pour ne pas que sa réputation soit entachée par un soupçon de délit (même si celui-ci n’a jamais existé).

"Les arnaqueurs ont usurpé les noms de plusieurs hauts-gradés de l’armée, ils envoient ensuite une fausse convocation au hasard des boites mails, précise la gendarmerie du Maine-et-Loire, le plus souvent ils réclament une cinquantaine d’euros pour que ce mail ne soit pas divulgué aux membres de la famille, aux journalistes ou diffusé sur les réseaux sociaux".

Même si la personne n’a absolument rien fait, elle préfère payer plutôt que de se voir ainsi exposée et jugée

Gendarmerie du Maine-et-Loire

Souvent envoyés depuis des serveurs étrangers, l’origine de ces mails est difficilement traçable.

Le groupement de gendarmerie du Maine-et-Loire a déjà enregistré plusieurs plaintes pour escroquerie : certaines personnes avaient pris peur et déjà versé de l'argent.

Pour en savoir plus, n'hésitez pas à consulter ce site réalisé par la Gendarmerie pour déjouer les arnaques de ce genre.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société criminalité faits divers