• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Le moustique tigre sous surveillance en Pays de la Loire

Le moustique tigre est présent en Pays de la Loire. Il a été signalé dans trois départements. / © Maxppp Philippe LAMBERT
Le moustique tigre est présent en Pays de la Loire. Il a été signalé dans trois départements. / © Maxppp Philippe LAMBERT

Signalé depuis trois ans en Pays de la Loire, le moustique tigre fait l'objet d'une surveillance par l'Agence Régionale de la Santé. Chaque année, cette surveillance est activée au printemps. L'insecte, venu d'Asie, est bien installé dans plusieurs départements de la région.

Par Olivier Quentin

Aedes albopictus, c'est le nom scientifique du moustique tigre. La bestiole serait arrivé en France en 2004. Débarquée dans la région de Nice, elle n'a depuis cessé de proliférer sur le territoire national.

Elle a été pour la première fois signalée en Pays de la Loire en 2016, c'était dans le Maine-et-Loire.

Sa présence est confirmée aujourd'hui dans 51 départements en France métropolitaine dont trois des cinq départements des Pays de la Loire. Mais à des niveaux différents.
 

Niveau 1 dans deux départements


En Loire-Atlantique, c'est le niveau 0.b qui signifie une présence contrôlée.

Dans le Maine et Loire et la Vendée, c'est le niveau 1 de la surveillance : on parle d'une implantation.

Niveau 0.a pour la Sarthe et la Mayenne. Pour l'instant aucun signalement dans ces deux départements.

Pour franchir des niveaux supérieurs et plus inquiétants, il faudrait atteindre le niveau 2, présence d'un cas d'infection connue pour être transmise par le moustique tigre.

Les niveaux 3 et 4 signalent un ou plusieurs foyers de cas autochtones (c'est à dire de maladie chez plusieurs personnes n'ayant pas voyagé) et le niveau 5 confirme une épidémie installée.
 
La surveillance estivale du moustique tigre a débute en Pays de la Loire (données ARS pdl) / © Claude Bouchet / France 3
La surveillance estivale du moustique tigre a débute en Pays de la Loire (données ARS pdl) / © Claude Bouchet / France 3
Le moustique tigre est susceptible de transmettre trois maladies : la dengue, le chikungunya ou le Zika. Toutes trois sont des maladies arbovirus à signalement obligatoire.
 

Impossible de s'en débarrasser...


Sa prolifération est difficile à enrayer car, lorsque le moustique est implanté, nous dit le Ministère de la Santé, dans une ville ou un département, "il est pratiquement impossible de s'en débarrasser."

On peut en conclure que l'insecte est durablement installé en Vendée et Maine-et-Loire. Chacun est donc invité à avoir l'attitude adéquate pour retarder au moins cette avancée.

Le Département du Maine-et-Loire a confié au laboratoire Inovalys la surveillance de la présence du moustique tigre.

Cette surveillance se fait de mai à novembre par l'installation d'un réseau de pièges pondoirs qui sont relevés tous les mois. On privilégie certains sites comme les hôpitaux et cliniques qui disposent de services d'urgences, les principales villes, les aires d'autoroute et aéroport.

Inovalys fait aussi appel aux témoignages. Chacun peut signaler une éventuelle présence de moustique tigre sur le site de l'Anses.
 

Un seul traitement en 2018


Mais une fois le signalement fait, que se passe-t-il ? 

"L’an dernier nous explique Catherine Delnatte, responsable du laboratoire de biologie de l'environnement chez Inovalys, un seul traitement a été réalisé sur le site de pneumatiques de Chacé lors de la première mise en évidence du moustique tigre sur ce site, dans le but d’essayer de l’éradiquer."

En quoi consiste le traitement ?

"Il existe répond Catherine Delnatte, un traitement larvicide ou adulticide qui élimine la population présente lors du traitement. Le traitement est réalisé dans une zone de 150m autour  du point de découverte. Il n’y a pas de traitement systématique, c’est un compromis pour préserver la santé et la biodiversité."

Autrement dit, la chasse aux moustiques tigres n'est pas ouverte. Pas tant qu'aucun cas de maladie n'a été déclaré.
 

Des précautions à prendre chez soi


Mais tout un chacun peut aider à limiter sa prolifération comme celle d'ailleurs de tous les moustiques.

Sur son site, l'ARS donne quelques conseils comme "supprimer les eaux stagnantes qui permettent la reproduction du moustique, autour de son domicile  ou encore vérifier le bon écoulement des gouttières"

Catherine Delnatte y ajoute un conseil intéressant : "Dans le jardin, un ventilateur sous la table éloigne les moustiques et les empêche de piquer."

Et bon barbecue à tous !

Le moustique tigre et ses passagers :

Surnommé ainsi pour ses rayures noires et blanches, le moustique tigre peut transmettre principalement trois maladies. Mais il faut pour cela qu'il ait auparavant piqué des personnes déjà infectées.
Sinon sa piqûre quoique plus douloureuse que celle d'un moustique ordinaire est bégnine.

Les maladies :

La Dengue : fièvre, céphalées, douleurs musculaires, nausées, éruptions cutanées. Dans certains cas, l'état du malade peut s'aggraver et aller jusqu'à des complications cardiovasculaires.

Le Chikungunya : mêmes types de symptômes que la dengue. Elle peut faire penser aussi à la grippe. Un état de fatigue peut persister.

Le Zika : le virus est souvent silencieux. Mais il peut occasionner également fièvre, fatigue, douleurs msuculaires et articulaires.  En cas de transmission au fœtus par la femme enceinte, il peut entraîner des anomalies du développement cérébral.

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus