Notre-Dame-des-Landes : Bruno Retailleau compare Ségolène Royal à Attila

Pour Bruno Retailleau, Ségolène Royal est l'Attila des Pays de la Loire, "là où elle passe dans ma région les projets ne repoussent pas"  évoquant l'aéroport et l'abandon de l'A 831

Bruno Retailleau, invité de Dimanche en Politique le 8 janvier
Bruno Retailleau, invité de Dimanche en Politique le 8 janvier © Franck Dubray / Maxppp
Le président LR du Conseil régional des Pays de la Loire ne décolère pas après Ségolène Royal. Bruno Retailleau, depuis la déclaration de la ministre de l'Environnement hier affirmant que "si le oui l'emporte, il y aura une piste et une nouvelle enquête publique", n'y va pas par quatre chemins : "Si c’est le cas, alors ce référendum ne sert à rien, c’est une arnaque, une parodie de démocratie".

Bruno Retailleau poursuivant : "une nouvelle enquête publique obligerait à repartir sur 10 ans de procédures auxquelles ne survivra pas le projet. Cela reviendrait à dire aux électeurs : « même si vous votez oui, ce sera non » ! Tout cela est grotesque ! Tout cela décrédibilise encore la parole du Gouvernement et obscurcit l’avenir économique du Grand Ouest".


Ségolène Royal c'est Attila

L'abandon du projet autoroutier de l' A 831 de Fontenay-le Comte vers La Rochelle, puis les efforts redoublés de la ministre de l'Environnement pour faire abandonner le projet de transfert de l'aéroport mettent Bruno Retailleau en verve : "Ségolène Royal, c’est l’Attila des Pays de la Loire. Là où elle passe, dans ma région, les projets ne repoussent pas. J’en ai assez que l’avenir des Pays de la Loire se joue au gré du bon vouloir de Ségolène Royal". En demandant solennellement au Président de la République de mettre fin aux improvisations de sa ministre et tenir les engagements de l'État.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
notre-dame-des-landes économie transports transports aériens politique environnement société