• faits divers
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite
  • culture

Notre-Dame-Des-Landes : débroussaillage sous haute surveillance

Sur la ZAD une expulsion se fait plus probable de jour en jour / © Photo France 3 Virginie Charbonneau
Sur la ZAD une expulsion se fait plus probable de jour en jour / © Photo France 3 Virginie Charbonneau

Les travaux de débroussaillage de la route départementale 281 sur la ZAD avaient été perturbés la semaine dernière. Ils ont repris ce lundi matin avec le renfort de dizaines de gendarmes pour assurer la sécurité des personnels.

Par Olivier Quentin avec Virginie Charbonneau

La RD 281 est une route hautement symbolique sur la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes. Elle est interdite à la circulation par un arrêté préfectoral depuis le 5 novembre 2012 . Contrôlée par les zadistes, elle était hérissée de vigies et parsemée de chicanes. Lorsqu'on s'y risquait, on avait l'impression d'approcher le village d'Astérix. Un symbole fort de la résistance locale au projet d'aéroport.

Au lendemain de l'annonce de l'abandon du projet d'aéroport, agriculteurs, écologistes, zadistes s'y étaient donnés rendez-vous pour nettoyer les lieux, démonter et évacuer les barrières et diverses constructions qui en interdisait l'accès. 

L'opposition de quelques occupants

 
Mais la RD 281 n'était pas pour autant totalement libre d'accès. Les nids de poule, les taillis devaient encore être traités par les services départementaux qui s'y sont attelés dès la fin janvier non sans rencontrer une opposition de quelques occupants.

Après deux premiers jours de travaux sans incident, les agents des services départementaux ont été pris à partie verbalement par des zadistes jeudi et vendredi dernier contraignant ces personnels à abandonner leur travail.

Ce lundi 5 février, retour des services départementaux mais sous la protection de gendarmes mobiles. Les forces de l'ordre venues en nombre sont présentes des deux côtés de la route bloquant les accès et également dans le bourg de Notre-Dame-des-Landes.

Des menaces inacceptables...


Ces mesures de sécurités seront maintenues "le temps nécessaire aux travaux de débroussaillage" a précisé le Directeur de Cabinet du Préfet. Les travaux de réfection de la route suivront mais à une date qui n'a pas été précisée. "Il y a eu des menaces verbales jeudi et vendredi dernier, a-t-il déclaré, des menaces qui n'étaient pas acceptables." 

voir l'interview du Directeur de Cabinet du Préfet de Loire-Atlantique Johann Mougenot.


Retrouver le reportage de Virginie Charbonneau et Dominique Le Mée

 

Sur le même sujet

Visite du chantier de la mairie d'Olonne sur mer

Les + Lus