La Nuit du Film en Pays de la Loire : « La lucarne des rêves" » de Cendrine Robelin

Publié le Mis à jour le

Lundi 10 février et lundi 2 mars, France 3 Pays de la Loire vous propose une programmation inédite de films documentaires et de fiction réalisés, tournés ou produits dans la région, en partenariat avec La Plateforme, Pôle Cinéma et Audiovisuel des Pays de la Loire.






 

durée de la vidéo: 57 min 20
La lucarne des rêves


"La Lucarne des Rêves" est un voyage initiatique au pays de la musique concrète : une musique faite de bruits du monde et de machines électroniques. Une histoire de transmission humaine et ludique, entre les générations de l’analogique et du numérique, avec Bernard Parmegionani et Lionel Marchetti.

  

Un film sur  la musique concrète

En 2010, Cendrine Robelin suit une formation sur le documentaire de création.  Un atelier propose  aux stagiaires un concours intitulé « mixage fou ». Il s’agit avec une bande sonore commune à tous de réaliser un mixage de 90 secondes, en toute liberté. Cet exercice marque sa rencontre avec la musique concrète et lui fait réaliser que cet art est à la base de nombreuses musiques actuelles, et combien il a influencé les Beatles ou les Pink Floyd.

 Lorsqu’on tourne, il faut lâcher prise, accepter ce qui vient. C’est là une possibilité de créativité, d’aiguiser sa curiosité et d’en faire quelque chose 

Cendrine Robelin réalisatrice

C’est en tournant lors de évènement Rétro-Actif : des Machines Anciennes pour des Musiques d’Aujourd’hui qu’elle rencontre presque par hasard le compositeur Bernard Parmegiani, pionnier de la musique électro-acoustique. Elle le convainc, autour d’une bière, de devenir le principal protagoniste de son film.
 
 

le rapport des humains et des machines

A l’heure des biotechnologies, le rapport Homme-Machine est un enjeu primordial.
A l’ère du numérique et de la dématérialisation, Cendrine Robelin décrypte les nouveaux gestes créatifs où la matière n’existe plus ou se meut autrement.

 
 
Cendrine Robelin réalise des films, des installations  et des créations sonores questionnant l’impermanence du vivant. Aux moyens de la vidéo et du son, elle explore les frontières de l’invisible dans une approche holistique et cyclique de la vie. Nourrie par ses recherches sur les rapports au monde virtuel dans l’usage des nouvelles technologies à l’EHESS et à Télécom-Paris (2007-2009), elle pose un geste artistique à la recherche d’une expression sensorielle, intuitive et accessible à tous. Au master documentaire de création CREADOC (2010-2012), elle se saisit du matériel audio-visuel pour faire récit entre réels et imaginaires, enrichie de la pratique de la musique électro-acoustique. Depuis, inspirée par les spiritualités orientales, l’alchimie, l'expressionnisme allemand, le symbolisme et tant d'autres, elle cherche au plus près du corps organique à transmuter les ombres en lumières dans son travail en s'appuyant sur les notions d'être vivant, d'écoute et d'écosystème. Elle développe actuellement un film et une installation vidéo et sonore en résidence dans la forêt de Brocéliande. En 2020, elle reçoit le Prix des Arts Visuels de la Ville de Nantes.