Ouverture du dimanche, le premier bilan des commerçants de centre-ville en Pays de la Loire

Enthousiasme ou manque d'entrain, les réactions sont multiples chez les commerçants à l'issue de ce premier week-end d'ouverture. Si le samedi a été globalement satisfaisant, le dimanche n'a pas convaincu.
Il y avait bien plus de magasin ouverts et de clients le samedi à Nantes.
Il y avait bien plus de magasin ouverts et de clients le samedi à Nantes. © France Télévisions Olivier Quentin
"Samedi, ça a été au delà de mes attentes, répond enthousiaste, Catherine Sasso, la gérante du magasin de vêtements masculins Klubb du Mans. J'ai continué dimanche et c'était bien aussi."

Mais Catherine Sasso, qui est aussi la Présidente de Mansea, l'association de commerçants du centre-ville du Mans, a pu également constater que certains de ses collègues n'ont pas fait le même bilan du week-end. Elle a reçu quelques paroles de découragement, de manque d'entrain. Chez d'autres, il y avait aussi un peu de déception malgré le plaisir de rouvrir.

"Pour les fleuristes, c'était un peu moins que prévu, dit-elle. Il y a moins de sorties, moins de repas, d'occasions d'acheter des fleurs." 

Les quelques retours glanés à la suite de ce premier week-end d'ouverture montrent, selon Catherine Sasso, que  la clientèle du samedi venait avec un réel projet d'achat alors que celle du dimanche était plus là pour sortir, flâner.

L'ouverture du dimanche ne se justifie, selon elle, que si suffisamment de boutiques ouvrent dans une même rue. A l'avenir, une concertation pourrait se mettre en place entre commerçants pour harmoniser les horaires.
 

Angers mitigé

Pour Dominique Gazeau (Les Vitrines d'Angers), le bilan est mitigé, avec un peu de déception car les commerçants angevins s'attendaient au même engouement qu'au premier déconfinement. Certes, il y a eu de l'affluence le samedi mais l'ambiance a semblé morose. Quant au dimanche, s'il y a eu un bon taux d'ouverture, la FNAC, qui est une bonne locomotive, est restée fermée. Dommage. 

Dominique Gazeau se dit inquiet pour le mois de décembre. "Il n'y a pas le marché de Noël, souligne-t-il, c'était une énorme locomotive, même si la ville a mis en place des animations (piétonisation, calèche, petit train...). J'ai peur qu'on fasse à minima." Sous-entendu, que les consommateurs réduisent leurs achats ce Noël, faute d'enthousiasme.

 

"Ravis de revoir leurs clients"

A Cholet, Philippe Sanchez-Cruz, président de "Cholet Vitrines" parle d'un week-end mi figue mi raisin. "Samedi, dit-il, ça a bien marché le matin, un peu moins l'après-midi. C'est revenu un peu plus en soirée. Mais les commerçants étaient ravis de revoir leurs clients et d'être dans l'action."

Pour le dimanche, le bilan est un peu le même qu'au Mans. Du monde dans la rue mais moins d'achats. Il s'agissait plus de profiter de cette sortie pour flaner, faire du lèche-vitrines. Philippe Sanchez-Cruz ne se risque pas à faire des pronostics pour les dimanches à venir.
Dans plusieurs villes, les achats se se sont faits plutôt le samedi, moins le dimanche.
Dans plusieurs villes, les achats se se sont faits plutôt le samedi, moins le dimanche. © France Télévisions Olivier Quentin


A Nantes, le samedi a été une vraie réussite semble-t-il.

"Le retour global est positif, affirme Delphine Jacob, de l'association de commerçants Plein Centre. Avec des clients au rendez-vous et le respect des mesures barrières." On évoque des chiffres d'affaires équivalents à la même période de 2019.

Pour le dimanche, en revanche, c'était plus contrasté. Les enseignes nationales, notamment, n'avaient par forcément eu le temps de suivre les procédures internes pour ouvrir. Il y avait un peu de monde dans les rues mais la montée en puissance se fera sur les prochains dimanches de décembre ,selon Delphine Jacob.
 

Achats locaux plutôt que sur internet

Enfin, à La Roche-sur-Yon, Clément Plault, le Président des Vitrines du Centre-ville, se réjouit : "Les gens ont attendu pour consommer dans les commerces plutôt que d'acheter en ligne, dit-il. On a eu la chance en plus le dimanche d'avoir du beau temps."

Il estime ce premier week-end encourageant pour la suite car les achats se font plutôt sur les deux ou trois dimanches avant Noël.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie