Sarthe : pas de baisse du nombre de TGV en gare du Mans en 2022, et après ?

La crise sanitaire a profondément modifié le trafic ferroviaire. La baisse du nombre de dessertes sera-t-elle durable en sortie de pandémie ? L’horizon reste flou mais la SNCF se veut rassurante auprès des usagers et des élus pour 2022, en garantissant le niveau d'offre de 2021.

Entre Paris et Le Mans, la SNCF garantie 16 allers-retours en semaine en 2022, comme en 2021.
Entre Paris et Le Mans, la SNCF garantie 16 allers-retours en semaine en 2022, comme en 2021.

Combien de TGV s’arrêteront au Mans à partir de 2022 ? C’est la question que se posent les navetteurs ralliant Paris. La SNCF, qui adapte son offre en permanence depuis un an et le début de la crise sanitaire, propose à l’heure actuelle 8 TGV sur 10 quand le trafic est de l’ordre de 60 à 70 % par rapport à une situation normale.

Nous avons observé une volonté de réduire les capacités

Jean-François Hugo, de la Fédération des associations d’usagers des transports.

Au-delà de la crise sanitaire, en temps normal pourrait-on dire, le niveau de dessertes dépend d’une convention signée entre les collectivités du Mans, de Laval, de Sablé-sur-Sarthe et de Vitré, la SNCF, l’Etat et RFF (SNCF Réseau) garantit un certain niveau de dessertes. Cette convention de 15 ans, signée en 2007 lorsque la LGV n’était pas encore sur les rails, prend fin début 2022.

 

16 allers-retours par jour en semaine

Sans savoir ce que donnera la prochaine convention, les discussions auront lieu dans le courant de cette année avec les différentes parties la SNCF a rassuré, à court-terme, les usagers et les élus.

Dans un courrier adressé au maire du Mans, Stéphane Le Foll, et au président du Conseil départemental de la Sarthe, Dominique Le Mèner, la direction de la SNCF a indiqué vouloir maintenir le même niveau de service.

Dans cet état d'esprit et en dehors des adaptations au fil de l'eau liées au principe d'observation et d'adaptation que je viens de décrire, nous allons proposer en 2022 une desserte nominale identique à celle de 2021, c'est-à-dire 16 allers-retours par TGV en semaine entre Paris et Le Mans.

SNCF Voyageurs aux élus

Au sujet des horaires, ils « devraient être identiques aux horaires théoriques 2021, sous réserve de l’évolution des conditions sanitaires », précise la SNCF Pays de la Loire.

L’inquiétude, pour le long terme, ne retombe pas pour autant. Tout dépendra des discussions pour établir la convention qui prendra effet en 2023. A cela s’ajoute la question des tarifs. Dominique Le Mèner, président (LR) du Conseil départemental de la Sarthe détaille : « Le prix du kilomètre est plus élevé sur nos lignes que le kilomètre moyen parcouru sur les TGV en France. »

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports