Coronavirus : en Sarthe, le cirque Gruss confiné à La Fontaine-Saint-Martin, près de La Flèche

Les 110 artistes et acrobates du cirque Gruss ont posé leurs valises en Sarthe, le confinement ayant interrompu leur tournée. Ils patientent à La Fontaine-Saint-Martin, où le cirque a ses quartiers depuis 1989. Une vie de famille qui continue avec une forte envie de passer à autre chose.

Les artistes du cirque Gruss continuent de s’entraîner en période de confinement
Les artistes du cirque Gruss continuent de s’entraîner en période de confinement © France Televisions
Vu du ciel, tout semble figé. Aucun rugisssement de fauves, aucun applaudissement. 

Depuis 1989, le célèbre cirque Arlette Gruss a ses quartiers permanents à La Fontaine-Saint-Martin, un petit village de la Sarthe. Depuis le début du confinement, la tournée du cirque s'est brutalement interrompue, 6 dates annulées.

110 artistes et acrobates se retrouvent confinés et c'est toute l'organisation qu'il faut revoir. 

Dans ses quartiers d'été, le personnel du cirque Arlette Gruss s'adapte au confinement, et prépare ses nouveaux numéros. 

Laura Gruss continue de faire travailler ses chevaux."C'est très important de continuer à les faire répéter ou même juste de les faire sortir avec nous sur la piste ou à l'extérieur, il faut garder le contact avec eux" 

Dans le chapiteau voisin, deux autres Gruss s'entraînent pour un numéro plus acrobatique. 

"On profite de cette situation pour répéter plusieurs heures par jour, plus plusieurs heures de musculation" explique Darien.
Le cirque Gruss confiné à La Fontaine-Saint-Martin en Sarthe
Le cirque Gruss confiné à La Fontaine-Saint-Martin en Sarthe © France Televisions
Aujourd'hui, avec 110 personnes confinées ici, il a fallu revoir toute l'organisation du cirque. Pour les 15 élèves de l'école, c'est désormais classe à la maison. 

"C'est bizarre pour nous parce qu'on devait être en tournée, reconnaît Sarah Oddoero, chef costumière, ne pas voir de public, ne pas voir de gens, ne pas accueillir les gens c'est quand même compliqué".

Dans les allées, chacun bricole, rénove le matériel, en espérant une reprise dès le mois de septembre. 

"Tous les matins au réveil, je me dis que c'est un gâchis de voir tout ça, se désole Gilbert Gruss, j'espère surtout qu'on aura une bonne reprise, que les gens auront vraiment envie de s'amuser et qu'ils reviendront nombreux pour nous voir, nous applaudir, sinon ça ne va pas durer très longtemps cette histoire"

Comme de nombreuses entreprises, le cirque Arlette Gruss est menacé de disparaître.  Chacun espère retrouver au plus vite les planches du grand chapiteau devant un public très nombreux.

► Le reportage de notre rédaction








 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société art culture
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter