• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

24 Heures Motos : la Kawasaki N.11 l'emporte au terme d'un finish haletant

Jérémy Guarnoni, au guidon de la Kawasaki N.11, talonné par Randy de Puniet sur la Honda N.111, aux 24 H du Mans moto 2019 / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Jérémy Guarnoni, au guidon de la Kawasaki N.11, talonné par Randy de Puniet sur la Honda N.111, aux 24 H du Mans moto 2019 / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

La Kawasaki N.11 a remporté cette édition 2019 des 24 Heures moto, pour quelques secondes d'avance sur la Honda N.111. Suzuki complète  le podium.
 

Par FB avec AFP

La Kawasaki N.11, en tête durant l'immense majorité des 24 Heures du Mans Motos, a arraché dimanche, au bout d'un suspense incroyable, une victoire qui ne s'est dessinée qu'après 23h53 d'une course folle.

La moto pilotée par Jérémy Guarnoni, David Checa et Erwan Nigon, qui avait pris les commandes durant la 4e heure samedi après-midi, a continué son sans-faute tout au long de la course.
L'équipe dirigée par Gilles Stafler avait toutes les cartes en main pour jouer la gagne. Au classement de 9h ce dimanche matin, elle faisait course en tête avec 36 secondes d'avance sur la Honda N.111. Elle conservait 29 secondes d'avance au classement de 11 heures avant de l'emporter au final devant la Honda N.111.

Aux deux tiers de la course, à 7 heures ce dimanche matin : elle disposait même de plus d'1 min 30 sec d'avance sur la Honda N.111, pilotée notamment par l'ex-pensionnaire de MotoGP Randy de Puniet, le plus impressionnant sur la piste.

Seule moto à n'avoir connu ni pépin technique ni chute, la N.11 a su résister, lors d'une nuit agitée, à l'expérimentée Suzuki N.2 de l'équipe SERT. 
    
Celle-ci a en effet pris la tête à trois reprises depuis la 9e heure de course, avant de laisser à nouveau le "lead" au Team SRC-Kawasaki peu après 3h du matin sur le circuit Bugatti. 
    
La Suzuki de l'emblématique manager Dominique Méliand, dont ce sont les dernières 24 Heures Motos, a finalement rétrogradé au troisième rang à la fin de la nuit. 
Les nombreuses chutes ayant rythmé la course ont fini par avoir raison de plusieurs concurrents. Quinze motos ont jeté l'éponge, à commencer par la BMW N.6, qui avait signé la pole position, et la Yamaha N.7, longtemps dans le top 5. Mais aucun accident majeur n'a été à déplorer durant la nuit.
La Honda N.45 du team sarthois Metiss pointe à la 36e place du classement.
 

Une première heure de course agitée


L'ex-pilote de Grand Prix Randy de Puniet, sur la Honda N.111, et son compatriote et ex-coéquipier Jérémy Guarnoni, au guidon de la Kawasaki N.11, se sont livré une rude lutte devant tous leurs concurrents en ce début de course.

Après plusieurs dépassements, de Puniet, en quête de son premier grand succès en endurance, a pris le meilleur sur Guarnoni. Celui-ci a choisi de passer le relais juste avant 16 heures, après 31 tours de circuit.

Le duo, qui avait déjà impressionné en qualifications en signant parmi les meilleurs chronos du paddock, avait pris jusqu'à une trentaine de secondes d'avance sur un dense peloton de chasse.
    
Sous un grand soleil et une température estivale, 24 degrés dans l'air au thermomètre, les milliers de spectateurs rassemblés dans les tribunes au bord de la ligne droite du départ ont trépigné dix minutes avant de voir les pilotes se livrer bataille : deux chutes d'entrée ont poussé les organisateurs à longuement neutraliser la course dès le premier tour.
    
Mais le spectacle a vite repris, et les chutes se sont enchaînées : près d'une dizaine en une heure de course, dont celle, essentielle, de la grande favorite et tenante des 24 Heures.
    
La moto N.1 de l'équipe F.C.C. TSR Honda, pilotée par Mike Di Meglio, a pris la poussière après 40 minutes, avant de repartir bien abîmée sur l'arrière. 
    
La moto N.6 de l'équipe ERC-BMW, un constructeur jamais vainqueur de l'épreuve, s'était élancée en pole position, mais a concédé plusieurs rangs dès le départ.

A lire aussi

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus