24h du Mans : le calendrier de la 88e édition dévoilé

La course mythique devait se tenir le week-end du 13 et 14 juin. Mais à cause de la crise du coronavirus l’événement a été reporté les 18 et 19 septembre. Aujourd’hui, l’automobile club de l’ouest, propriétaire du circuit, dévoile le calendrier de cette 88e édition.
 

La patrouille de France parade au dessus du circuit du Mans en juin 2018
La patrouille de France parade au dessus du circuit du Mans en juin 2018 © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Le retour à la normale passe aussi par les grands rendez-vous caractéristiques de la région. Le 18 mars, alors que la France entrait dans le confinement, le directeur de l’ACO Pierre Fillon annonçait le report des 24h du Mans au 18 et 19 septembre 2020.

En dehors de la Seconde guerre mondiale, les 24 heures avaient été annulés en 1936 et reportés en 1968 à cause de mouvements sociaux secouant le pays.

Le 13 et 14 juin c’est une édition virtuelle qui s’est tenue, remportée par Raffaele Marciello, Louis Deletraz, Kuba Brzezinski and Nikodem Wisniewski, les quatre pilotes de l’Oreca #7 de Rebellion-Williams.


62 voitures sur le départ

La 88e édition, en pneus et en goudron, se tiendra donc mi-septembre. Sur la ligne de départ, 62 voitures, comme d’habitude depuis quelques années. Quelques écuries seront absentes de la course.

Porsche annonçait le 18 mai qu’elle retirait les deux 911 RSR américaines  (#93 et #94) de la compétition. Le constructeur allemand évoquait les incertitudes financières et logistiques engendrées par la crise du Covid-19, pour justifier son choix.

Frédéric Sausset et Chevrolet (Corvette racing) ne participeront également pas à la course cette année.

► La liste des 62 voitures engagées, séparées en quatre catégories
 

4 jours de compétition

Mais les 24h durent en vérité plus qu’une journée. En temps normal, le spectacle dure 8 jours. Cette année, c'est sur 4 jours que les différentes étapes vont se dérouler.

Dès le mercredi 16 septembre, les vérifications administratives et techniques lancent le début de l’événement. Cette année, le pesage des véhicules se fera sur le circuit et non pas dans le centre-ville du Mans.

Les journées de jeudi et vendredi seront consacrées aux essais libres et qualificatifs.

L’ACO avait aussi annoncé à la fin de l’année dernière le lancement d’un nouveau type d’essai qualificatif : l’hyperpole. Les 6 meilleurs pilotes de chaque catégorie se battront pour un dernier test vendredi avec l’objectif de décrocher l’hyper pole position sur la ligne de départ.
 

Pas de parade de pilotes à l’heure actuelle

L’une des séquences les plus populaires des 24h du Mans reste la parade des pilotes au cœur de la ville. Mais à l’heure actuelle, impossible d’imaginer la tenue de cette parade, précise Thierry Hamon, l’organisateur de cet événement.

"Nous attendons avec impatience les dernières annonces du gouvernement", explique-t-il. Seule l’autorisation des rassemblements de plus de 5 000 personnes pourrait permettre d’offrir ce spectacle au public.
 

Une édition à huis clos ?

Le public sera-t-il aussi présent dans les gradins du circuit ? C’est ce qu’espèrent les organisateurs, sponsors, commerçants, restaurateurs et hôteliers du Mans.

Pierre Fillon, président de l’Aco, confiait dans les colonnes de Ouest France "On ne s’attend  pas à faire les 24h avec 250 000 personnes". L’ACO devrait dévoiler dès le 30 juin, après les annonces d’Edouard Philippe, les modalités d’accueil du public, de l’événement le plus populaire de la région Pays de la Loire.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
24 heures du mans sport auto-moto coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter