Bessé-sur-Braye, Sarthe : la fabrication de gants médicaux commencera au printemps 2022 sur l'ancien site Arjowiggins

Publié le

150 à 200 emplois pour fabriquer des gants médicaux au printemps 2022 sur l'ancien site d'Arjowiggins en Sarthe. C'est ce qu'a annoncé ce mercredi matin le directeur de Kolmi-Hopen, Gérald Heuliez.

La filiale ManiKHeir produira "un peu plus de deux milliards de gants par an", a précisé Gérard Heuliez, le directeur général de Kolmi-Hopen, lors d'une conférence de presse à Bessé-sur-Braye en présence de la ministre déléguée chargée de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher.

C'est la ministre elle-même qui avait, dès la semaine passée, annoncé l'avenir de l'ancien site d'Arjowiggins.

"Ce sera le 1er site France et le 2e en Europe à fabriquer ces équipements de protection, dont notre système de soin consomme plus d’1,5 milliard d’unités par an", avait écrit la ministre déléguée sur son compte Twitter.

Plus de fabrication de papier donc sur le site de Bessé-sur-Braye mais des gants en nitrile par Kolmi-Hoppen, entreprise spécialisée dans la production de produits médicaux à usage unique.

"Le marché du gant nitrile est détenu à 99% par la Malaisie. Les prix de vente ont été multipliés par sept depuis le début de la crise. Evidemment, ça va redescendre, mais c'est mieux que l'on soit présent commercialement au printemps (2022) pour prendre les contrats avant que les prix redeviennent trop agressifs", a expliqué Gérard Heuliez, précisant que les gants étaient de 25 à 30% plus cher. 

"Au service de la souveraineté sanitaire, de la souveraineté économique et de l'emploi"

La future usine de Bessé-sur-Braye reprendra environ 20% de la surface de l'usine de papiers Arjowiggins, soit 20 000 m². Selon le directeur général de Kolmi-Hopen, l'approvisionnement
en eau du site, ainsi que la taille du bâtiment, permettront d'accueillir les lignes de production des gants médicaux, longues de 120 mètres.
   
25 millions d'euros seront investi sur le site par Kolmi-Hoppen, auxquels viennent s'ajouter des subventions de l'Etat à hauteur de 10 millions d'euros et 5 millions d'euros de la région Pays de la Loire, a confirmé Agnès Pannier-Runacher.

"Nous voyons que l'industrie crée de l'emploi direct et indirect et permet de remettre de la richesse sur des territoires impactés par la désindustrialisation. (...) Ces dix millions d'euros sont bien investis, au service de la souveraineté sanitaire, de la souveraineté économique et de l'emploi", a commenté la ministre.   

L'usine de production de papier spécialisée Arjowiggins avait été mise en liquidation judiciaire en mars 2019, puis reprise l'an dernier par la société Paper Mills Industries, qui a décidé d'y abandonner la production de papier magazine pour développer d'autres activités.