Femme égorgée au Mans : le principal suspect hospitalisé en psychiatrie

Le jeune homme arrêté quelques heures après la découverte au Mans d'une septuagénaire tuée à l'arme blanche dans son immeuble, a été hospitalisé en psychiatrie a annoncé le parquet ce samedi 9 mars.

"La garde à vue dont faisait l'objet le mis en cause dans ce dossier a dû être levée hier (vendredi) au cours de l'après-midi, son état de santé mentale ayant été déclaré incompatible avec cette mesure par un médecin psychiatre", annonce ce samedi matin dans un communiqué la procureure de la République du Mans Delphine Dewailly.

L'homme âgé de 24 ans "a été immédiatement conduit dans un établissement spécialisé, où il est désormais contraint de demeurer et recevoir les soins adaptés à son état", précise Delphine Dewailly.

Jeudi matin, le corps sans vie d'une femme âgée de 76 ans a été retrouvé sur le sol du hall de l'immeuble où elle résidait, quartier du maillet, au Mans.

Son corps portait "de nombreuses traces de coups portés à l'aide d'un objet tranchant", selon le parquet.

Le suspect de ce meurtre avait été interpellé par des policiers près de la gare du Mans et placé en garde à vue. D'après nos sources, l'homme serait un voisin de la victime et souffrirait de schizophrénie. Il serait connu des services de police.

Un juge d'instruction du Mans va "être saisi pour ces faits de nature criminelle afin d'établir les circonstances des faits et expertiser le degré de discernement et de responsabilité pénale", précise également le parquet.

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité