Le CVM, ce gaz cancérigène qui pollue l'eau potable de certaines communes de Sarthe

Depuis près de dix ans, une association d'un petit village de la Sarthe, situé à 40 kilomètres au sud du Mans, se bat contre la pollution de son eau potable. Le CVM, un gaz potentiellement nocif et présent dans l'eau, provient des vieilles canalisations.

À la sortie du robinet, le taux de chlorure de vinyle monomère, le CVM, peut parfois être trois fois supérieur au taux maximal autorisé. C'est le constat mené par l'Association collectif citoyen après 41 analyses effectuées depuis 2014.

"Nous, ce qu'on voudrait, c'est que toutes les canalisations sur un territoire donné soient investiguées au moyen d'analyses et que les habitants reçoivent les comptes-rendus de ces analyses, ce qui n'est pas le cas", déplore Catherine Hergoualc'h, présidente de l'association Collectif Citoyen.

Depuis 2013, les agences régionales de santé enjoignent les syndicats d'eau à analyser et à communiquer ces taux de concentration de CVM, sans moyen coercitif pour l'instant.

"Malheureusement, dans le département, on est dans une situation où dans beaucoup d'endroits, explique Hervé Couraux, membre du collectif, c'est seulement des recours judiciaires qui semblent pouvoir permettre de débloquer la situation".

Le CVM, agent cancérigène

Le chlorure de vinyle monomère est reconnu comme agent cancérigène certain depuis 1987. Son origine, les canalisations en PVC datant d'avant 1980, qui libèrent ce gaz incolore, parfois dans de fortes concentrations.

"Le vrai problème, c'est qu'on ne sait pas si on a cherché partout où il y a un risque de pollution"

Hervé Couraux

Membre du Collectif Citoyen

Le collectif citoyen alerte régulièrement les habitants de Saint-Georges-de-la-Couée, via des réunions publiques. Mais le problème est beaucoup plus large et s'étend à l'ensemble du département.

En cause, le nombre de syndicats d'eau en Sarthe, ils sont près de 45. Alors que Vendée et Loire-Atlantique, par exemple, se sont regroupés autour d'un seul opérateur.

"Ce qui détermine, c'est la ressource en eau, historiquement, explique JC Gavalet, président de France Nature Environnement, avec la libre administration des communes, vous ne pouvez pas regrouper de manière autoritaire, vous pouvez inciter, en créant un fonds de dotation qui irait vers les syndicats qui se grouperaient. Mais jusqu'à maintenant, la préfecture de la Sarthe n'avait pas été très proactive dans ce domaine".

Le nerf de la guerre, c'est bien évidemment le coût pour ces petites structures, car pour remplacer les canalisations incriminées, il faut compter 56 000 euros par kilomètre.

On estime aujourd'hui à plus de 5 000 le nombre de foyers impactés par cette pollution au CVM.

Le reportage de Yann Ledos, Marc Yvard et MC Georgelin

En résumé, le CVM c'est quoi ?

Le CVM présent dans l’eau du robinet provient essentiellement de certaines canalisations en PVC. Il s'agit d'un produit chimique purement synthétique.

"Il n’existe aucune source naturelle de ce composé. Le chlorure de vinyle monomère est principalement utilisé pour l’élaboration (par polymérisation) du polychlorure de vinyle (PVC). Le PVC a de multiples usages, dont la fabrication de canalisations", peut-on lire sur le site du ministère de la Santé.

Ce dernier explique aussi que "la présence de CVM dans l’eau du robinet peut résulter d’une pollution de la ressource en eau, principalement du fait de rejets d’industries du PVC".

Il est classé cancérigène depuis 1987.

Le CVM peut être à l’origine de cancers du foie sous deux formes "l’angiosarcome hépatique, un cancer du foie très rare (10 cas/an estimés en France) et le carcinome hépatocellulaire (ou hépatocarcinome), forme la plus fréquente de cancer du foie (7 600 cas/an estimés en France) mais le plus souvent lié à d’autres facteurs de risques comme l’alcoolisme ou les infections par les virus des hépatites", explique le ministère de la Santé.

Vous pouvez obtenir des données sur l'eau potable de votre commune sur le site eaupotable.sante.gouv.fr.

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv 

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité