"Comme on dit toujours, ailleurs, c'est mieux !", les réactions des riverains au projet de parc éolien au large de la Vendée

Si de nombreux élus vendéens jugent inacceptable les projets de nouveau parcs éoliens en mer, les riverains admettent que la demande d'électricité est telle qu'il faudra bien trouver des solutions à moyen et long terme.

La préfecture maritime a présenté, mercredi 6 mars, la carte des zonages propices à l'installation de sites éoliens en mer au large de la Loire-Atlantique et de la Vendée.

Parmi les sites concernés, les parcs éoliens existants de Saint-Nazaire et de Yeu-Noirmoutier pourraient être étendus à l'horizon de 10 ans.

Mais ce qui a provoqué la colère des élus vendéens, c'est la localisation d'un site situé à une quinzaine de kilomètres au large des Sables-d'Olonne et de Saint-Gilles-Croix-de-Vie en Vendée. 

"Il apparaît que le Gouvernement se moque clairement de l'avis des élus vendéens, comme il se moque manifestement du "grand débat" qu'il a initié sur la "planification maritime", a ainsi réagit l'Association Vendéenne des Élus du Littoral, en date du 6 mars 2024.

Lire aussi ► "C'est inacceptable" : colère des élus vendéens après une carte de l'État qui envisage un nouveau parc éolien en mer

Les réactions des habitants de Brétignolles-sur-Mer, rencontrés ce jeudi 7 mars, sont plus nuancées.

"C’est quelque chose qui est nécessaire à priori pour fournir de l’énergie électrique. Au niveau des paysages, c’est surprenant, mais ce n’est pas une catastrophe, souligne ainsi un habitant. Ça ne fait pas spécialement de bruit, je ne pense pas que soit un problème."

Comme on dit toujours, ailleurs, c'est mieux ! Le parc de Noirmoutier et de l’ile d’Yeu est en train de se faire, est-ce qu’il y a besoin d’un autre en face, je ne sais pas.

Un habitant de Brétignolles-sur-Mer

"On le sait très bien, avec nos voitures électriques… on n’aura pas assez d’électricité. Mais est-ce qu’on ne va pas tout dénaturer ? Malgré tout, il y a un impact visuel", complète Yves Gargouil.

"Ça va détériorer carrément le paysage, ce n’est pas bien du tout. C’est sauvage, il faut que ça reste comme ça", réagit une autre habitante, clairement opposée à l'installation d'un parc éolien.

L'impact sur la biodiversité et les activités économiques interrogent également les habitants. 

"Pour ce projet-là, il est très important de prendre en compte la pêche. Nos pêcheurs, que ce soit aux Sables-d’Olonne ou à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, sont énormément malmenés", espère Christophe Giles.

Si Lucie Etonno, conseillère régionale Les Ecologistes, juge la méthode de l'État "déplorable", elle estime cependant que les énergies marines renouvelables sont devenues incontournables. 

"La région Pays de la Loire s’est fixée un mix énergétique 100% renouvelable d’ici à 2050. Ce mix ne pourra pas se faire sans d’autres parcs. Il faut pouvoir en créer de nouveaux", souligne Lucie Etonno.

Les élus du littoral ont prévu de se retrouver la semaine prochaine pour préparer leur réplique.

Ce jeudi 7 mars en fin d'après-midi, Le ministère de la transition écologique semble jouer l'apaisemen et précise que "cette carte ne préjuge en rien de l’implantation des futurs parcs éoliens en mer. Elle vise à enrichir et non préempter la discussion, avec les élus, le public, les pêcheurs. Leurs retours seront pris en compte dans la décision finale" 

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité